Russie, guerre et marché du charbon : quels impacts ?

La guerre entre la Russie et l'Ukraine a des conséquences considérables sur le marché mondial du charbon. La Russie est un exportateur majeur dans le secteur.
Russie charbon

Selon un rapport de Wood Mackenzie, un risque de récession mondiale est à prendre au sérieux. Parmi les causes citées, on retrouve l’explosion de la COVID-19 en Chine, les taux d’intérêt américains et les pénuries mondiales. Sur le marché mondial du charbon, le conflit russo-ukrainien a des conséquences considérables.

Le marché du charbon bousculé par la situation de la Russie

l’Union européenne peine à remplacer le charbon russe à court terme, car la Russie est un exportateur majeur. En 2021, sa part dans le commerce mondial de charbon thermique à haute teneur en carbone atteignait 27 %. C’est le deuxième plus important exportateur après l’Australie (40 % du commerce mondial).

Néanmoins, les sanctions mondiales contraignent l’activité économique russe dans le secteur. Des contraintes logistiques et la baisse de la demande provoquent de fait une baisse des exportations thermiques du pays. De plus, celui-ci solde sa production, forcé à de grands rabais sur les charbons transitant par les ports occidentaux.

Ainsi, les prix russes sont inférieurs de plus de 30 % aux prix asiatiques sur le marché mondial du charbon. En 2020, le même rabais était inférieur à 20 %. La Russie essuie donc une perte considérable par rapport aux dernières années. Le 16 mai 2022, les prix russes ont atteint jusqu’à 6 0% de remise immédiate par rapport aux prix asiatiques.

Entre Europe et Asie, le déséquilibre du marché mondial

Les exportations russes oscillent entre Europe et Asie, car les sanctions européennes entraînent un déséquilibre du marché. Ainsi, les exportations de coke augmentent vers l’Asie : la priorité est donnée au transport ferroviaire et à la vente en RMB. Celles de charbon thermiques diminuent cependant, à cause des contraintes du rail.

Les pénuries de gaz naturel en Europe provoquent quant à elle une réaction économique en chaîne. La demande pour le charbon augmente, mais se confronte à une limite matérielle. De fait, les stocks disponibles en charbon à haute teneur en carbone ne sont pas infinis.

Par ailleurs, la tendance européenne à conclure des contrats à long terme avec des prix élevés déséquilibre le marché asiatique. Les effets de la pénurie sont reportés sur l’Asie, provoquant une baisse de la demande asiatique. La Chine et l’Inde misent donc sur leur production domestique, augmentant in fine les prix de l’injection de charbon pulvérisé.

Articles qui pourraient vous intéresser

favicon-white.png
Pas encore inscrit? Rejoignez la communauté des professionnelles de l’énergie et accédez à l’ensemble de nos contenus. >>>