Vinci acquiert les Activités Énergies d’ACS

ACS-1

Vinci vient de signer avec le constructeur Espagnol ACS l’acquisition de ses activités énergies d’une valeur de 4,9 milliards d’euros. Cette acquisition sera finalisée à la fin de l’année 2021, une fois les approbations réglementaires obtenues. Ce contrat permet au groupe Français d’acquérir un potentiel d’énergie renouvelable identifié d’environ 15 GW. Auxquels s’ajoutent 4,4 GW déjà développé.

 

Vinci fait une acquisition stratégique pour étendre ses marchés

4,9 milliards d’euros, et des bonus

Pour cette acquisition, Vinci déboursera plus de 4,9 milliards d’euros. S’ajoute à cela les 40 millions que ACS recevra pour chaque GW renouvelable ready-to-build développé par la société. Et ce, sur une période de 8,5 ans au plus après le closing, dans la limite de 15 GW. Au total, ce sont 600 millions d’euros supplémentaires que Vinci déboursera.

Cette acquisition sera financée par la trésorerie disponible et les lignes de crédit de Vinci. Le groupe déclare que cela n’aura pas d’impact significatif sur la solidité du bilan de Vinci. Il déclare également que cette acquisition aura un effet positif sur le bénéfice par action.

Renforcer sa présence en Espagne et en Amérique Latine

La division services industriels d’ACS (la “Société”) génère 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires principalement en Espagne et en Amérique Latine. Vinci frappe donc un grand coup dans le secteur des infrastructures énergétique.

ACS a des activités et une présence géographique complémentaire à celles de Vinci. Cette acquisition s’inscrit dans la stratégie du français de devenir un acteur mondial de l’ingénierie, des travaux et services dans le domaine de l’énergie. Elle démontre également la volonté du groupe d’enchérir son portefeuille de concessions et allonger sa maturité moyenne.

Acquérir une expertise et de nouveaux projets

La Société possède une expertise reconnue dans la réalisation de projets EPC complexes. Elle possède 4,4 GW développés auxquels s’ajoutent un potentiel de projets identifiés de 15 GW, majoritairement de l’éolien offshore. Cet accord prévoit le transfert à Vinci de huit concessions Greenfield en cours de développement et/ou de construction.

Il prévoit le transfert de la plateforme de développement de projets renouvelables de la Société, reconnue dans le développement de projets de concessions renouvelables. La société dispose de 45.000 collaborateurs et d’un large spectre de métiers (réseaux, installations spécialisées, systèmes de contrôles). Son chiffre d’affaires moyens ces trois dernières années s’élevait à plus de 6 milliards d’euros.

Complémentarité des expertises

ACS et Vinci ont des activités et des présences géographiques complémentaires. Dont le modèle d’affaire du français conjugué à la plateforme de développement de projets de la Société. Cette alliance permettra donc à Vinci de devenir un acteur majeur du secteur des énergies renouvelables.

La solidité financière de Vinci apportera une flexibilité à la Société pour développement, construire et gérer des actifs d’énergie renouvelables. En ce sens, l’accord d’acquisitions prévoit 0,7 milliards d’euros de fond de roulement pour permettre le fonctionnement de la Société. Enfin, La société permettra au groupe français d’améliorer sa contribution à la transition climatique.

Une joint-venture ?

Vinci et ACS prévoient de créer une joint-venture. Cette dernière pourra acquérir, à des conditions de marché, des actifs matures d’énergie renouvelable non connecté à la Société. Elle sera détenue à 51% et consolidée en intégration globale par le Français.

Pour se concrétiser, cet accord devra être approuvé par les autorités de la concurrence d’ici la fin de l’année. Il permettra à Vinci d’accélérer sa stratégie visant à devenir un acteur mondial dans le domaine des énergies renouvelables.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

France : La décision du Conseil d’État sur le plafond de l’Arenh

Le Conseil d’État a confirmé que le relèvement par l’Etat du plafond de l’Arenh, un mécanisme permettant aux concurrents d’EDF d’acheter à bas prix une partie de sa production d’électricité nucléaire, offre un plus grand niveau de sécurité et de stabilité des prix pour les clients.

Recharge Industries sélectionnée pour reprendre Britishvolt

Le cabinet EY a annoncé la sélection de l’entreprise australienne Recharge Industries pour reprendre la majorité des actifs de Britishvolt, une entreprise en faillite dont l’objectif était de construire une usine de batteries au Royaume-Uni.

TotalEnergies: nouveaux permis pour stocker le CO2 en mer du Nord

TotalEnergies a gagné deux licences pour explorer la possibilité de stocker du CO2 dans la mer du Nord au Danemark. Le but est d’enfermer 5 millions de tonnes de CO2 par an d’ici 2030 dans une zone de plus de 2 000 km2, située à environ 250 km de la côte danoise occidentale.

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)