Une énorme “Bulle” de Gaz sous terre pour préparer l’hiver

La crise énergétique se poursuit, alors qu'une nouvelle maintenance de Nord Stream 1 débute. En France, à l'ouest de Paris, un site stocke l'équivalent de 600.000 piscines olympiques de gaz pour préparer l'hiver.
gaz hiver_energynews

L’équivalent de 600.000 piscines olympiques de gaz naturel sous terre: sur un site à l’ouest de Paris, d’énormes réserves se remplissent pour aider la France à passer un hiver un petit peu plus serein, même en cas de tarissement des livraisons russes.

À Saint-Illiers-la-Ville (Yvelines), à 70 kilomètres de la capitale, l’un des 14 sites de l’entreprise Storengy assure une mission peu spectaculaire mais cruciale: garder du gaz naturel en réserve pour alimenter l’Ile-de-France et la Normandie pendant l’hiver.

En surface, peu d’activité visible et rien qui ne trahit vraiment la nature sensible du site, qui n’emploie qu’une quarantaine de personnes dans un coin de campagne.

L’essentiel est invisible: une énorme “bulle” de gaz conservée dans une nappe aquifère, une couche perméable de sous-sol imbibée d’eau, située entre 330 et 460 mètres, sur une étendue de 2 à 3 kilomètres.

“À Saint-Illiers, on est sur 1,5 milliard de mètres cubes, ce qui équivaut à 600.000 piscines olympiques”, détaille Jérôme Courteille, le directeur du site. La moitié de ce volume est véritablement utile, une partie du gaz devant rester en permanence pour assurer la pérennité de la structure.

Le gaz arrive par tuyaux puis est distribué vers des puits pour être envoyé sous terre, si besoin avec l’aide d’un compresseur. L’hiver, en période de soutirage, il fait le chemin inverse après avoir été débarrassé de son eau résiduelle et réodorisé par sécurité.

Du gaz “chez nous”

“Cet été nous avions la pression sur le fait de respecter nos plannings de telle sorte que nos installations soient prêtes”, reconnaît Jérôme Courteille.

Ce site datant de 1965 s’ajoute aux autres détenus par Storengy (une filiale d’Engie, principal fournisseur de gaz du pays) à travers la France, ainsi qu’à ceux de Teréga, concentrés dans le Sud-Ouest.

Au total, 130 térawattheures de gaz sont stockés en France. Soit “25% de la consommation annuelle française”, souligne Pierre Chambon, directeur général de Storengy France.

Ces réserves sont conservées pour le compte des fournisseurs de gaz (Engie, TotalEnergies, EDF, Eni etc.) et ne constituent en rien des “réserves stratégiques”, comme il en existe pour le pétrole. Leur fonction était d’ailleurs d’abord commerciale: elles permettaient d’acheter du gaz à bon marché l’été pour le revendre l’hiver.

Mais c’est leur rôle dans la sécurité d’approvisionnement du pays qui les met sous les projecteurs. “Si jamais il y a un hiver très froid ou un problème géopolitique – on en a un bel exemple en ce moment -, on a quand même une partie du gaz qui est chez nous”, résume Pierre Chambon.

Une utilité soulignée par les autorités depuis l’invasion de l’Ukraine et le tarissement des flux de gaz russe. La France vise un remplissage “proche de 100%” pour début novembre.

Pas de miracle

Une cible désormais proche: la France, qui a diversifié ses approvisionnements et importe massivement du gaz naturel liquéfié (GNL), a dépassé les 91%. Le pays, bon élève en Europe, avait déjà presque fait le plein ces dernières années. L’Union européenne est quasiment à 80% aujourd’hui.

Une nouvelle réduction des livraisons du géant russe Gazprom ne change pas la donne pour l’instant. Pierre Chambon observe “des injections qui continuent à être tout à fait en ligne avec nos prévisions et vont nous permettre de pouvoir arriver à l’entrée de l’hiver avec un taux de remplissage qui sera optimal”.

Les stockages fournissent lors de journées froides plus de 50% du gaz en France mais ne feront toutefois pas de miracle. Leur remplissage ne signifie pas que la France aurait “suffisamment de gaz pour passer l’hiver si les Russes le coupaient et si on en consommait beaucoup”, a prévenu le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran.

“Le stockage ne fait pas tout”, admet volontiers Pierre Chambon. “Une des incertitudes à lever maintenant, c’est le rythme de soutirage des stockages pendant l’hiver, qui va dépendre à la fois des températures et de l’approvisionnement” de la France via le GNL et les gazoducs.

“On est relativement sereins avec un hiver normal. En cas d’hiver froid, les choses peuvent être plus compliquées, d’où l’importance de pouvoir jouer également sur les consommations et la sobriété”, juge-t-il.

Articles qui pourraient vous intéresser