Transition Énergétique: les EAU misent sur l’ADNOC

abu-dhabi

La transition énergétique va devenir indispensable pour les Emirats Arabes Unis (EAU) tant leur dépendance aux hydrocarbures est grande. Pour cela, le pays compte s’appuyer et accompagner la politique énergétique du géant national, l’Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC) détenue par le sultan Al-Jaber.

 

La transition énergétique des UAE grâce à l’ADNOC

La transition énergétique des EAU ne sera pas évidente tant leurs revenus sont basés sur les hydrocarbures. Membre de l’OPEP, le pays est également le septième producteur de pétrole au monde. Sa consommation intérieure de pétrole représentait 40% de la consommation d’énergie fossile en 2018, derrière le gaz naturel (59%).

D’ici 2030, la compagnie pétrolière ADNOC ambitionne d’atteindre une production de 5 millions de barils. Depuis 2016, l’entreprise multiplie les contrats en s’appuyant sur de nouveaux partenaires comme la Russie et l’Inde. Elle reste toujours liée à ses partenaires occidentaux, les Etats-Unis ou le français Total.

 

Une nouvelle gouvernance pour des énergies propres

Les EAU conservent toujours une réserve suffisante de pétrole pour assurer l’indépendance énergétique du pays pour les futures générations. Depuis l’arrivée du nouveau prince héritier Mohammed Ben Zahed, le pays a effectué un virage dans sa politique énergétique. Les autorités politiques poussent ainsi les sociétés pétrolières à diversifier leurs sources d’énergie.

Sous l’impulsion de son PDG, le sultan Al-Jaber, l’ADNOC se tourne dorénavant vers des énergies plus propres. Pour cela, elle vend des concessions pétrolières à d’autres sociétés. En 2018, 35% des parts d’ADNOC Refining  ont été vendues à l’italien ENI et à l’entreprise autrichienne OMV.

La société pétrolière s’est également séparée de pipelines et de gazoducs pour investir dans la pétrochimie et l’hydrogène.  Elle souhaite ainsi diminuer de 25% les gaz à effet de serre (GES) occasionnés par l’exploitation pétrolière. Elle cherche aussi à multiplier par six la quantité de CO2 stockée d’ici 2030.

 

Une transition énergétique impulsée par un duo politique

La transition énergétique est principalement impulsée par deux hommes : le prince héritier d’Abu Dhabi Mohammed ben Zahed, ainsi que le PDG de l’ADNOC le sultan al-Jaber.

C’est en  2016 que le Sultan al-Jaber est devenu le PDG d’ADNOC. En 2020, ce dernier fut nommé ministre de l’industrie et des technologies et envoyé spécial pour le changement climatique. C’est un fervent défenseur du développement durable, créateur de la société  d’énergies renouvelables Masdar.

 

50% d’énergie propre d’ici 2050

Les EAU ont été le premier de la péninsule arabique à saisir l’urgence de repenser leur modèle énergétique. Depuis son arrivée au pouvoir en 2016, le prince héritier d’Abu Dhabi s’engage fortement pour la lutte contre le changement climatique. En 2017,  il a ainsi mis en place la « Stratégie énergétique 2050 » pour 50% d’énergie propre d’ici 2050.

La société pétrolière ADNOC a donc compris l’importance de s’adapter aux enjeux du XXIème. Cela aura un impact positif non seulement sur le climat, mais aussi sur l’attractivité économique et touristique, domaines essentiels pour l’émirat.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

L’Indonésie approuve $3,07 milliards pour Tuna

L’Indonésie approuve le premier plan de développement du champ gazier offshore Tuna. Avec un investissement total estimé à 3,07 milliards de dollars jusqu’au début de la production. Le projet devrait affirmer la souveraineté de l’Indonésie en mer méridionale, sujette à de nombreuses tensions avec la Chine.

Le Japon maintient ses couvertures d’Assurance du Gaz Russe

Suite à l’annonce de l’arrêt de l’assurance de guerre maritime, des réassureurs britanniques accordent au Japon 30 milliards de yens jusqu’en mars. Il s’agit de sécuriser l’importation de carburant du Japon via Sakhalin-2 en Extrême-Orient russe au plus fort de la demande hivernale.

Le Japon adopte des alternatives au gaz russe

Au Japon, les assureurs de navires ont annoncé qu’ils annulaient la couverture des risques de guerre en Russie, en Ukraine et en Biélorussie. L’annonce intervient à la suite du retrait de la région par les réassureurs face à des pertes importantes.

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)