Tokyo Gas lance son Programme de Méthanisation

Tokyo Gas lance son programme pilote de méthanisation au centre de recherche de Yokohama au Japon grâce au dispositif de Hitachi Zosen Corp.|Tokyo Gas lance son programme pilote de méthanisation au centre de recherche de Yokohama au Japon grâce au dispositif de Hitachi Zosen Corp.

Tokyo Gas annonce le lancement de son programme pilote de méthanisation au centre de recherche de Yokohama au Japon. La méthanisation permet de convertir l’hydrogène et le CO2 en méthane. Il s’agit d’une alternative décarbonée à l’utilisation des gaz naturels.

 

Tokyo Gas lance son programme pilote

Le programme pilote de méthanisation de Tokyo Gas sera lancé au centre de recherche de Yokohama près de Tokyo. L’entreprise prévoit d’utiliser le dispositif de méthanisation de Hitachi Zosen Corp.

La méthanisation nécessite un apport en hydrogène et en CO2. La société prévoit d’utiliser l’hydrogène produit par les dispositifs d’électrolyse britannique de ITM Power PLC. La société japonaise utilisera également le CO2 émis et capturé par les usines à proximité et ses clients.

 

Tokyo Gas et les avantages de la méthanisation

La méthanisation permet de convertir l’hydrogène et le CO2 en méthane. Le méthane ainsi produit est une alternative à l’utilisation des gaz naturels qui permet de surcroît la réutilisation du CO2. Le programme pilote s’inscrit donc parfaitement dans la transition énergétique.

La méthanisation a aussi des avantages pratiques de mise en œuvre bien identifiés. Le méthane produit peut être utilisé avec les mêmes infrastructures que le gaz naturel : pipelines, réservoirs de stockages, centrales électriques au gaz etc.

La méthanisation combine des avantages pratiques de mise en œuvre et une réelle participation à la transition énergétique. La méthanisation est un moyen d’atteindre la neutralité carbone en 2050 pour Tokyo Gas.

Articles qui pourraient vous intéresser

TotalEnergies intègre le Marché Biométhane des États-Unis

TotalEnergies intègre le marché du biométhane américain au côté de Clean Energy sur un projet de production de carburant pour le transport routier.   TotalEnergies au Texas L'énergéticien français et Clean Energy construiront leur première infrastructure de biométhane aux États-Unis à Friona dans l’État du Texas. L’installation sera alimentée par les effluents de l’exploitation laitière de la ferme Del Rio Dairy. Distribuée par Clean Energy, la production annuelle de 40 GWh servira de carburant pour le transport routier. La production devrait permettre d’alimenter l’équivalent de 200 à 300 camions chaque année. L’utilisation du biométhane permettra d’éviter l’émission d’environ 45.000 tonnes de CO2 par an. TotalEnergies a pour objectif de produire 2 TWh de biométhane annuellement à horizon 2025. Cette ambition correspond à une réduction de 400.000 tonnes de CO2 par an.

Bolloré Energy lance son Biodiesel Français

Bolloré Energy commercialise depuis quelques semaines sous l’appellation KOOLZA 100 du biodiesel (B100). Ce carburant alternatif est produit uniquement à partir de colza cultivé et transformé en France.   Bolloré Energy lance un biodiesel aussi efficace que le diesel Ce nouveau produit constitue une alternative écologique au diesel fossile avec une autonomie équivalente. Il permet notamment de réduire les émissions de carbone de 60% et les émissions de particules fines de 80%. En outre, contrairement au produit fossile, il n’est pas classé comme un produit dangereux ou nocif pour l’environnement.  Réservée à une clientèle de professionnels (transporteurs, industrie ferroviaire…), le KOOLZA 100 est compatible avec la plupart des camions. Il permet ainsi de réduire leur impact carbone sans avoir à investir dans une nouvelle flotte.    Pour assurer la logistique des produits pétroliers "Bolloré Energy a la conviction que les carburants bas carbones ont un rôle à jouer dans la transition énergétique. Le KOOLZA 100 affiche toutes les qualités requises par nos clients pour consommer mieux et moins. » a déclaré Christine Puifourcat, Responsable commerciale nationale produits spéciaux. Bolloré Energy, a décidé de le promouvoir auprès de ses fournisseurs pour assurer la logistique des produits pétroliers qu’elle distribue. Dès 2022,...

Proman et Stena Décarbonent le Transport Maritime

Proman et Stena, respectivement deuxième producteur mondial de méthanol et exploitant de 140 navires, se sont associés pour décarboner le transport maritime. À partir du méthanol, les deux sociétés espèrent développer une solution clefs en main de carburant propre.   Proman et Stena décarbonent au méthanol Le méthanol est le seul carburant proposant de faible risque d'émission et de pollution avec une capacité de stockage maniable. Contrairement à d’autres carburants alternatifs la solution de Proman et Stena ne nécessite pas d’adaptation majeure des infrastructures. Les deux sociétés ont déjà annoncé la livraison de trois pétroliers convertis au méthanol. Le premier sera déployé début 2022, les deux autres en 2023. Stena n’en est pas à son coup d’essai, l’entreprise avait déjà lancé un projet similaire en 2015. Le partenariat devrait, selon le Directeur Général de Proman, banaliser le recours au méthanol. « Le partenariat entre Proman et Stena n’a cessé de se renforcer Nous allons tirer parti de l’ambition et de l’expertise des deux entreprises pour rendre le méthanol plus largement disponible ». David Cassidy, directeur général de Proman.   Le méthanol déjà utilisé dans 122 ports dans le monde Le méthanol est un dérivé du gaz naturel faible émetteur en CO2, biodégradable...

La Production d’Ammoniac de Yara chute de 40%

La société de chimie norvégienne Yara réduit sa production d’ammoniac en raison de la hausse des prix du gaz naturel.   -40% de production en raison de l'augmentation des prix du gaz Les prix record du gaz naturel en Europe ont un impact considérable sur les marges de production d’ammoniac. Par conséquent, la société norvégienne spécialisée dans la distribution de nutriment pour végétaux, Yara, a réduit sa production d'ammoniac dans un certain nombre de ses usines. En incluant l’optimisation de la maintenance en cours, l'entreprise aura réduit d’ici à la semaine prochaine environ 40% de sa capacité de production européenne d’ammoniac. La société continuera à surveiller la situation, dans le but de continuer à approvisionner les clients, mais en réduisant la production si nécessaire.