Shell garde la confiance des actionnaires malgré une AG mouvementée

Shell a obtenu le soutien de la majorité des actionnaires lors de son assemblée générale annuelle, malgré des doutes sur sa transition énergétique. Les comptes et la rémunération des dirigeants ont été adoptés à l'unanimité, mais le plan de transition énergétique n'a reçu qu'un soutien de 80%.
Shell actionnaires

Shell a obtenu le soutien d’une grande majorité d’actionnaires mardi lors de son assemblée générale annuelle, malgré un début de séance chaotique et de nombreux doutes exprimés sur la transition énergétique du géant pétrolier britannique.

Les comptes, la rémunération des dirigeants et du conseil d’administration et leur maintien en poste ont été adoptés à la quasi unanimité. Le plan de transition énergétique du groupe, bien qu’adopté largement, n’a reçu que 80% de votes favorables, ce qui a amené le groupe à dire dans un communiqué que ce résultat nécessitait “de consulter les actionnaires pour comprendre les raisons”. Le fonds de pension de l’Eglise d’Angleterre, actionnaire minoritaire de Shell mais en désaccord avec sa stratégie de transition énergétique, avait prévenu qu’il voterait contre la reconduction des dirigeants.

Le directeur général Wael Sawan s’est dit “satisfait que la majorité de nos investisseurs continue à soutenir notre stratégie de devenir une entreprise d’énergie neutre en carbone d’ici 2050”. L’ONG Reclaim Finance, affiliée à l’ONG écologique Les amis de la Terre, déplore que les actionnaires aient validé la stratégie climatique de l’entreprise et “rejeté la résolution de Follow This et un groupe d’investisseur appelant le géant pétrolier à aligner ses émissions de gaz à effet de serre indirectes (Scope 3) sur l’objectif de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement à 1,5 degré”.

“Les actionnaires répondent à l’appât des dividendes et non aux appels des scientifiques. (…) On ne peut qu’espérer un sursaut ou de meilleurs résultats lors de l’assemblée générale de TotalEnergies vendredi”, a commenté Lucie Pinson, fondatrice et directrice de Reclaim Finance. Elle déplore que Shell “reste le 7e producteur mondial de pétrole et de gaz au monde et continue de développer de nouveaux projets pétroliers”. Le début de l’AG a été mouvementé, des dizaines de manifestants pro-environnement interrompant les discours d’introduction des dirigeants ou chantant “Hit the road, Jack” en remplaçant les paroles par “Go to hell, Shell” (va au diable, Shell).

Des agents de sécurité sont intervenus pour empêcher un manifestant, qui se dirigeait vers l’estrade où parlaient les dirigeants du groupe, d’atteindre le président Andrew Mackenzie. Des dizaines de protestataires ont également été sortis par des agents de sécurité de la salle où se tenait la réunion, l’une semblant s’évanouir, l’autre criant que les trois hommes qui la faisaient sortir lui faisaient mal, rapporte l’agence PA.

Des manifestants d’ONG pro-environnement dont Greenpeace, Tipping Point et Neon ont également manifesté devant le site de l’AG, qui a démarré une heure en retard, à cause des perturbations. BP, lors de son assemblée générale fin avril, a fait face à une part notable d’actionnaires remontés contre sa décision de ralentir sa transition énergétique, mais avait finalement obtenu le soutien d’une large majorité d’entre eux. Celles de Barclays et HSBC avaient également été perturbées, entre autres, car ces banques sont accusées par de nombreuses organisations écologistes de trop financer les extractions d’hydrocarbures polluants.

Shell a enregistré au premier trimestre un bénéfice en progression de 22% sur un an, à 8,7 milliards de dollars, après avoir réalisé en 2022 le bénéfice annuel le plus élevé de son histoire, à 42,3 milliards de dollars. Ensemble, BP, Shell, ExxonMobil, Chevron et TotalEnergies affichent plus de 40 milliards de dollars (36 milliards d’euros) de bénéfices ce trimestre.

Dans cet article :​
Articles qui pourraient vous intéresser ​

Le plus grand fournisseur de gaz en Europe déclare que les contrôles de sécurité des pipelines sont sans problème

Les récentes inspections de sécurité des pipelines offshore en Norvège, effectuées à la suite des explosions survenues sur les pipelines Nord Stream, ont abouti à des résultats rassurants, selon le principal fournisseur de gaz en Europe. Cependant, malgré cette confirmation, les risques demeurent et soulèvent des préoccupations quant à la sécurité de ces infrastructures cruciales.

EDF Renewables Ireland and Simply Blue Group sign partnership deal on Western Star and Emerald floating offshore wind projects in Ireland.

EDF Renewables Ireland et Simply Blue Group unissent leurs forces pour développer des projets éoliens flottants en Irlande, dans le cadre d’une collaboration stratégique visant à atteindre les ambitieux objectifs gouvernementaux en matière d’énergie renouvelable. Ces projets prometteurs ouvrent de nouvelles perspectives pour l’éolien offshore et renforcent la position des deux partenaires sur le marché énergétique irlandais. En combinant leur expertise et leur engagement envers la transition énergétique, ils aspirent à générer une quantité significative d’électricité propre pour répondre aux besoins de millions de foyers irlandais, tout en contribuant à la protection de l’environnement et des communautés côtières.

La France va fournir du combustible nucléaire à la Slovaquie

La Slovaquie cherche à réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie en matière d’approvisionnement en combustible nucléaire. Dans cette optique, l’entreprise française Framatome s’est engagée à fournir du combustible nucléaire similaire à celui fabriqué par la Russie, afin d’alimenter le parc nucléaire slovaque de conception soviétique. Cette initiative s’inscrit dans un contexte international où de nombreux exploitants européens de centrales VVER cherchent à développer une solution énergétique européenne souveraine.