Réduction d’émissions de CO2 : l’Australie du coté de l’environnement

La réduction des émissions de dioxyde de carbone est un élément clé pour lutter contre le réchauffement climatique. Le groupe Climate Action 100+ a demandé à plus de 161 entreprises polluantes d’adopter des stratégies pour réduire leurs émissions de gaz et de leur rendre des comptes. Ce dernier est soutenu par 518 organisations d’investisseurs dans le monde représentant 47 milliards de dollars d’actifs.

Une réduction des émissions de CO2 soutenue par le gouvernement Australien

Le gouvernement du premier ministre australien Scott Morrison a donc décidé de mettre en place une feuille de route pour l’énergie en 2020 en vue de respecter les objectifs fixés par le traité de Paris. Cette transition écologique repose notamment sur l’utilisation de technologie de pointe ainsi que sur la production de minerais et d’énergie verte et durable selon Tania Constable, PDG du Minerals Council of Australia.

« Le secteur des ressources de l’Australie est à l’avant-garde du développement et du déploiement de technologies à faibles émissions qui sont au cœur des efforts australiens et mondiaux de lutte contre le changement climatique. Il est essentiel que l’industrie développe les minéraux nécessaires pour un avenir à faibles émissions, notamment l’aluminium, le cuivre, le nickel, le zinc, le fer, l’uranium, les métaux de base, le lithium, les sables minéraux, les terres rares et autres».

La mise en place de pistes de réflexion

Le gouvernement de Canberra propose, par exemple, de développer les mines d’acier et d’aluminium qui ont une teneur plus faible en Carbone. L’électrification des mines et l’utilisation de véhicule électrique permettrait aussi de réduire l’utilisation d’énergie. L’utilisation d’énergie hybride, notamment renouvelable, le stockage du carbone et l’utilisation d’hydrogène propre participerais aussi grandement à la réduction des émissions de gaz.

Une décision controversée

L’Australie abrite 4 des plus grandes productions de charbon au monde. De plus l’État vient d’accorder à la société Pembroke Resources un bail minier d’une valeur d’un milliard de dollars australien pour développer sa nouvelle mine de Charbon. Olive Downs sera la troisième plus grande mine de charbon et créera 1 000 emplois selon Annastacia Palaszczuk, Premier ministre du Queensland. Cette nouvelle production qui produira jusqu’à 15 millions de tonnes de charbon par an, interroge sur le revirement écologique du gouvernement australien.

Une action soutenue par l’entreprise Australienne BHP

La société d’exploitation minière australienne BHP a elle aussi décidé de réduire de moitié les émissions de charbon du Queensland au cours des 5 prochaines années à partir de janvier 2021. L’entreprise, qui obtient actuellement 100% de son électricité grâce à la production de charbon, aimerait devenir neutre en carbone d’ici 2050.

Pour cela, le géant minier a signé un accord d’achat d’énergie renouvelable avec le producteur d’énergie propre CleanCo, une entreprise publique du Queensland. Durant les deux premières années, l’entreprise fournira de l’électricité à faible émission puis passant per des parcs solaires et éoliens en 2023 selon le président de BHP Minerals Australia, Edgar Basto.

« Notre approche du changement climatique est définie par un certain nombre d’exigences clés. Nos actions doivent être substantielles. Elles doivent être des actions réelles et tangibles pour réduire les émissions. Nous devons nous concentrer sur ce que nous pouvons contrôler au sein de notre entreprise, et travailler avec d’autres pour les aider à réduire les émissions des choses qu’ils contrôlent. Notre portefeuille est bien positionné pour soutenir la transition vers un monde à plus faible émission de carbone, conformément à l’accord de Paris. Nos produits de base sont essentiels pour la croissance économique mondiale et la capacité du monde à faire la transition vers un avenir à faible émission de carbone et à s’y épanouir. Les mesures de lutte contre le changement climatique sont économiquement judicieuses pour BHP et nous permettent de créer davantage de valeur. De nombreux produits de base de BHP bénéficieraient en outre d’une décarbonisation accélérée. »

Création des parcs solaires Western Downs Green Power Hub et Karara en 2023

BHP souhaite soutenir le développement de nouveaux parc solaire et éoliens pour déplacer environ 1,7 million de tonnes d’équivalent de dioxyde de carbone. Cela équivaut aux émissions rejetées par 400 000 voitures à moteur à combustion selon le président de BHP Minerals Australia, Edgar Basto.

« C’est une étape importante dans la transition de BHP vers une utilisation plus durable de l’énergie dans l’ensemble de notre portefeuille, et une première pour nos activités en Australie. Il permettra de diversifier notre approvisionnement en énergie, de réduire nos coûts énergétiques et de diminuer les émissions de BHP de 20 % par rapport aux niveaux de l’exercice financier 2020. »

De nombreux investissement pour réduire les émissions de dioxyde de carbone.

Le projet CTSCO Glencore, soutenue par l’Etat australien avec 50 millions de dollars s’inscrit aussi dans cet effort de transition écologique. Il s’agit de la mise en place d’un fond de capture, d’utilisation et de stockage du carbone. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations unies a d’ailleurs identifié la technologie CCUS comme primordiale pour atteindre leurs objectifs en matière de changement climatique.

La société biélorusse Belaz a aussi conclu un accord avec son agence locale pour fournir à l’Australie des camions miniers à propulsion électrique sans émission. Le marché australien de l’exploitation minière verte est donc en plein essor. D’autres entreprises dans le monde soutiennent ses actions. La société américaine Alcoa a, par exemple développé la première alumine à faible teneur en carbone.

Articles qui pourraient vous intéresser

favicon-white.png
Pas encore inscrit? Rejoignez la communauté des professionnelles de l’énergie et accédez à l’ensemble de nos contenus. >>>