Nord Stream 1, des Nominations de Gaz en Allemagne

Nord Stream 1, gazoduc reliant la Russie à l'Allemagne et actuellement fermé, a suscité l'intérêt d'acheteurs allemands de gaz. Ceux-ci ont réservé des capacités afin de recevoir du gaz russe.
Nord Stream 1

Nord Stream 1 a été, durant des semaines, au cœur des débats. La fermeture du gazoduc reliant la Russie à l’Allemagne a suscité de très nombreuses réactions. Lundi, des acheteurs allemands ont réservé des capacités afin de recevoir du gaz russe via Nord Stream 1. Néanmoins, cette réservation a rapidement été révisée. Aucun gaz russe n’a été acheminé vers l’Allemagne.

Depuis la fermeture de Nord Stream 1, Moscou ne communique pas quant à la possible réouverture de son gazoduc. Ainsi, cette réservation allemande suscite des interrogations.

Nord Stream 1, un gazoduc au cœur des débats

Avant l’invasion de l’Ukraine, la Russie fournissait 40% du gaz de l’UE. Selon Moscou, la fermeture de Nord Stream 1, transportant jusqu’à 59,2 milliards de m3 par an, est la conséquence des sanctions occidentales, qui entravaient le bon fonctionnement du gazoduc.

De fait, Vladimir Poutine réaffirme que la Russie n’est pas à l’origine de la crise énergétique. En parallèle, il appelle l’UE à lever les sanctions empêchant la mise en service de Nord Stream 2. Il déclarait alors:

“Si c’est si difficile pour vous, il suffit de lever les sanctions sur Nord Stream 2 qui représente 55 milliards de mètres cubes de gaz par an. Appuyez simplement sur le bouton et tout va [re]commencer.”

Côté européen, on accuse la Russie d’utiliser l’énergie comme une arme.

Quoi qu’il en soit, la fermeture de Nord Stream 1 exacerbe la crise énergétique. En conséquence, les prix du gaz ne cessent d’augmenter. La réduction des flux de gaz en provenance de Russie se traduit, en Europe, par un doublement des prix du gaz. En Allemagne, on évoque d’ores et déjà un possible rationnement pour y faire face.

Gazprom, opérateur du gazoduc, explique qu’elle n’est pas en mesure d’ouvrir le gazoduc. Vitaly Markelov, directeur général adjoint de l’entreprise, expliquait, au début du mois, que Gazprom attendait Siemens Energy. Selon lui, la société allemande n’a pas réparé les équipements défectueux.

De son côté, Siemens Energy ne comprend la demande de l’opérateur du gazoduc. L’entreprise commente:

“Notre évaluation est que la constatation qui nous a été communiquée ne représente pas une raison technique pour arrêter l’exploitation.”

Interrogations autour des nominations

Des demandes de gaz, ou nominations, seraient apparues lundi matin. Il s’agissait alors de livrer du gaz, via les gazoducs allemands reliés à Nord Stream 1, vers les utilisateurs finaux. Nord Stream AG dit ne pas pouvoir confirmer les nominations soumises via Nord Stream 1 pour lundi.

Un porte-parole de Gascade, opérateur allemand de gazoducs, explique que les nominations ont été “renommées” à zéro. En d’autres termes, aucun gaz ne circule via le gazoduc.

Il était possible d’observer ces nominations sur les sites internet des gazoducs allemands. Néanmoins, le site de l’exploitant de Nord Stream 1 n’affichait rien.

Pour la journée de lundi, le 19 septembre, les acheteurs allemands ont demandé 3.652.554 KWh/h de gaz via Nord Stream entre 08h00 et 09h00 CET pour la livraison au gazoduc OPAL. Concernant le gazoduc de NEL, les acheteurs ont demandé 14.291.845 KWh/h sur la même période.

 

Articles qui pourraient vous intéresser