L’inde Appuie la Production d’Hydrogène

L'Inde annonce élaborer un plan de plus $2 milliards pour développer la production d'hydrogène renouvelable et réduire les émissions de CO2.
Inde production d'hydrogène

L’Inde annonce élaborer un plan de plus $2 milliards pour développer la production d’hydrogène renouvelable et réduire les émissions de CO2.

Des incitations financières

L’Inde avec ce programme prévoit de réduire les émissions et de devenir un acteur majeur de l’exportation dans ce domaine. L’objectif du programme est de réduire d’un cinquième le coût de production de l’hydrogène renouvelable sur les cinq prochaines années. Ainsi, le pays compte augmenter l’échelle de l’industrie de l’hydrogène renouvelable.

Les États-Unis et l’Union européenne approuvent déjà des incitations d’une valeur de plusieurs milliards de dollars pour des projets d’hydrogène renouvelable. L’aide indienne interviendrait dans le budget du 1er février pour l’année fiscale commençant le 1er avril. Les entreprises indiennes telles que Reliance Industries, Indian Oil, Adani Enterprises ou JSW Energy ont de grands projets en matière d’hydrogène renouvelable.

Le gouvernement indien s’attend à ce que l’industrie investisse 8000 milliards de roupies dans l’hydrogène renouvelable. De plus, il s’attend à des investissements dans l’ammoniac d’ici 2030. En outre, la proposition relative à l’hydrogène renouvelable s’appellera probablement Strategic Intervention for Green Hydrogen Transition (SIGHT).

La proposition se divisera en 45 milliards de roupies pour la fabrication d’électrolyseurs pendant cinq ans. De plus, 135 milliards de roupies serviront à la production d’hydrogène renouvelable et d’ammoniac pendant trois ans. En outre, l’incitation à la production d’hydrogène renouvelable en Inde sera probablement de 50 roupies par kilogrammes pendant trois ans.

Vers un marché d’exportation

L’Inde vise à vendre 70% sa production à des pays tels que la Corée du Sud, le Japon. En outre, l’Union européenne apparaît également comme un marché. Selon le gouvernement, les dérivés comme l’ammoniac, font l’objet d’une demande tout aussi forte.

En Inde, le gouvernement estime que la demande mondiale d’hydrogène renouvelable dépassera 100 millions de tonnes d’ici 2030. En février New Delhi annonçait vouloir produire 5 millions de tonnes d’hydrogène renouvelable par an sur la même période. Un chiffre qui, selon le premier responsable gouvernemental, pourrait doubler, en fonction de la demande internationale.

L’inde prévoit également d’atteindre une capacité de production d’électrolyseurs de 15GW par étapes d’ici 2030. Ainsi, cela représenterait presque 10 fois la capacité mondiale actuelle. Par ailleurs, La société américaine Ohmium International mettait en service la première usine d’hydrogène renouvelable du pays à Bengaluru.

Reliance Industries, Larsen & Toubro, Greenko et H2e Power annonçait l’année dernière leur intention de construire des usines de plusieurs gigawatts. Les raffineries de pétrole et les usines d’engrais et d’acier indiennes utilisent chaque année 5 millions de tonnes d’hydrogène. Cependant il s’obtient à partir de gaz naturel nécessitant un processus produisant du dioxyde de carbone.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

L’Indonésie approuve $3,07 milliards pour Tuna

L’Indonésie approuve le premier plan de développement du champ gazier offshore Tuna. Avec un investissement total estimé à 3,07 milliards de dollars jusqu’au début de la production. Le projet devrait affirmer la souveraineté de l’Indonésie en mer méridionale, sujette à de nombreuses tensions avec la Chine.

Le Japon maintient ses couvertures d’Assurance du Gaz Russe

Suite à l’annonce de l’arrêt de l’assurance de guerre maritime, des réassureurs britanniques accordent au Japon 30 milliards de yens jusqu’en mars. Il s’agit de sécuriser l’importation de carburant du Japon via Sakhalin-2 en Extrême-Orient russe au plus fort de la demande hivernale.

Le Japon adopte des alternatives au gaz russe

Au Japon, les assureurs de navires ont annoncé qu’ils annulaient la couverture des risques de guerre en Russie, en Ukraine et en Biélorussie. L’annonce intervient à la suite du retrait de la région par les réassureurs face à des pertes importantes.

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)