L’Afrique a Besoin d’investissements pour Progresser vers l’élimination des Énergies Fossiles

L’Afrique s’est engagée à atteindre des émissions nettes de carbone nulles, mais elle a besoin de plus d’argent et de temps.
Afrique Union Africaine

L’Afrique s’est engagée à atteindre des émissions nettes de carbone nulles, mais elle a besoin de plus d’argent et de temps pour s’éloigner des combustibles fossiles sans compromettre son développement économique, ont rappelé cette semaine divers responsables africains lors de rendez-vous internationaux.

Des responsables du Ghana, d’Afrique du Sud et de l’Union africaine ont ainsi déclaré lors de conférences sur l’énergie cette semaine que le continent n’était pas prêt à abandonner le charbon, le pétrole et le gaz.

“L’Afrique est pleinement convaincue et engagée en faveur d’un taux net zéro et soutient l’agenda climatique, mais là où nous divergeons, c’est sur le calendrier”, a déclaré à l’AFP la commissaire à l’énergie de l’Union africaine (UA) Amani Abou-Zeid, en marge du sommet Green Energy Africa au Cap.

La population africaine, qui s’élève à 1,3 milliard d’habitants, devrait doubler d’ici à 2050, et les pays de l’UA ont pour objectif de mettre une énergie abordable et fiable à la disposition de tous d’ici à 2063, a-t-elle noté.

Le financement de la transition écologique de l’Afrique sera probablement un des principaux points chauds de la COP27 de novembre au Caire.

En vertu de l’accord de Paris de 2015, les nations riches ont l’obligation d’aider les pays en développement à réduire leurs émissions dans le cadre des efforts mondiaux de lutte contre le réchauffement climatique. Mais elles n’ont jusqu’à présent pas respecté leurs engagements.

Le vice-ministre ghanéen de l’Energie, Mohammed Amin Adam, a estimé que les investissements internationaux dans les énergies vertes en Afrique étaient “encore effroyables”, ne représentant qu’environ 2 % du total mondial.

Mais les pays africains devront également assurer le financement de projets pétroliers et gaziers lors de la COP27, car les revenus des combustibles fossiles sont nécessaires pour financer les mesures d’adaptation au climat, a-t-il déclaré à l’AFP.

– Substitut aux revenus –

Selon le responsable ghanéen, la plupart des producteurs africains de pétrole et de gaz tirent l’essentiel de leurs recettes d’exportation de ces combustibles. “Si nous abandonnons cela, comment pouvons-nous même financer notre capacité à nous adapter aux effets du climat ? Nous ne le pourrons pas.
À moins que nous n’ayons un substitut pour nos revenus”, a-t-il souligné.

Les pays africains sont parmi les plus exposés aux effets du changement climatique, notamment à l’aggravation des sécheresses et des inondations, mais ils ne sont responsables que d’environ 3% des émissions mondiales de CO2, a rappelé en septembre l’ancien secrétaire général des Nations unies, Ban
Ki-moon.

S’exprimant lors d’un événement organisé dans le cadre de la Semaine africaine du pétrole au Cap, le ministre sud-africain de l’énergie, Gwede Mantashe, a déclaré qu’il n’était pas dans l’intérêt du pays d’abandonner trop rapidement le charbon, car cela nuirait à l’économie et coûterait des milliers d’emplois.

L’Afrique du Sud est le principal producteur et consommateur de charbon du continent, mais aussi un des douze plus grands pollueurs du monde.

L’année dernière, le gouvernement a obtenu 8,5 milliards de dollars de prêts et subventions d’un groupe de pays riches pour financer la transition vers des solutions plus écologiques. Mais l’accord est en suspens, dans un contexte de négociations tendues avec les pays donateurs sur la manière dont
l’argent doit être dépensé.

Lorsque les économies développées viennent nous voir en disant “une partie des 8,5 milliards de dollars va être dépensée pour accélérer la sortie du charbon”, je pense que ce n’est pas dans notre intérêt”, a déclaré Mantashe.

Dans cet article :​
Articles qui pourraient vous intéresser ​

Nigeria: le prix du carburant a quasiment triplé avec la fin annoncée des subventions

Les prix du carburant au Nigeria ont connu une augmentation fulgurante après l’annonce de la suppression des subventions par le nouveau président. Cette décision a provoqué une détresse généralisée dans le pays le plus peuplé d’Afrique, déjà confronté à une forte inflation. En échangeant son pétrole brut contre du carburant importé en raison de ses raffineries défaillantes, le Nigeria soutenait les prix de l’essence en deçà du marché grâce aux subventions. Cependant, ces subventions coûtaient des milliards de dollars chaque année au gouvernement, entravant ainsi les investissements dans des secteurs prioritaires tels que la santé et l’éducation. Bien que les autorités n’aient pas encore annoncé de mesures d’atténuation pour les consommateurs, cette décision a suscité la colère des syndicats et ravivé le débat sur les subventions au carburant au Nigeria.

Les Nigérians se ruent sur le carburant avant la fin prochaine de subventions

Les files d’attente s’allongent devant les stations-service du Nigeria après l’annonce du président Bola Tinubu de supprimer prochainement les subventions sur le carburant. Cette décision suscite la panique chez les consommateurs et soulève des inquiétudes quant à l’impact sur l’économie du pays. Découvrez les réactions de la population nigériane face à cette mesure populaire mais controversée, ainsi que les possibles conséquences sur les prix du carburant et la vie quotidienne des Nigérians.

TotalEnergies: renouvellement pour 20 ans d’une licence au large du Nigeria

TotalEnergies prolonge sa licence de production dans le bloc OML 130 au large du Nigeria, assurant 20 années supplémentaires d’activité. Cette décision concerne les champs pétroliers prolifiques d’Akpo et d’Egina, tandis que des études sont en cours pour exploiter la découverte du champ de Preowei. Toutefois, les investissements dans les ressources fossiles et les préoccupations liées au changement climatique suscitent l’attention des militants écologistes.

La CEA forme des experts nationaux aux outils de modélisation énergétique

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et l’Université de Namibie ont uni leurs forces pour former 71 experts en modélisation énergétique en Afrique. Cette initiative vise à soutenir la transition du continent vers des systèmes énergétiques à faibles émissions de carbone et résilients face au changement climatique.

Le dialogue Afrique-Chine renforce la révolution industrielle verte

L’Afrique et la Chine se réunissent pour façonner l’avenir énergétique durable du continent. L’Initiative africaine de fabrication d’énergies renouvelables rassemble des entreprises et des experts de neuf pays africains et de quatorze entreprises énergétiques chinoises lors d’une table ronde historique.