La Turquie Réhausse ses Réserves de Gaz

En Turquie, le Président Tayyip Erdogan annonce que le volume total de gaz naturel du pays s'élève désormais à 710 milliards de mètres cubes. 
Turquie gaz

En Turquie, le Président Tayyip Erdogan annonce que le volume total de gaz naturel du pays s’élève désormais à 710 milliards de mètres cubes.

Un nouveau champ gazier en Turquie

La Turquie annonce la découverte d’un nouveau champ gazier et revoit à la hausse une précédente découverte. Le pays vient de découvrir une nouvelle réserve de 58 milliards de mètres cubes dans le champ de Caycuma-1. De plus, Ankara révise le volume estimé dans le champ de Sakarya à 652 milliards de mètres cubes contre 540 milliards auparavant.

Le Président turc, Tayyip Erdogan, déclare:

“A la suite de l’analyse des données, nous avons révisé la réserve précédemment déclarée de 540 milliards de mètres cubes à 652 milliards de mètres cubes. Avec notre nouvelle découverte à Caycuma-1, notre réserve de gaz en mer Noire a augmenté de 170 milliards de mètres cubes pour atteindre 710 milliards de mètres cubes.”

Par ailleurs, il précise que le pays effectuait 13 forages dans le champ de Sakarya. De plus, il estime que la Turquie pourrait mettre en service le champ gazier Sakarya en 2023.

Une dépendance énergétique

La Turquie prévoit de connecter le champ de Caycuma-1, nouvellement découvert, à celui de Sakarya. Le pays, qui dispose de peu de pétrole et de gaz, est fortement dépendant des importations de Russie, d’Azerbaïdjan et d’Iran. De plus, il dépend également des importations de GNL du Qatar, des États-Unis, du Nigeria et d’Algérie pour son gaz.

La Turquie explore des ressources en hydrocarbures en Méditerranée. Cependant, ses opérations dans les eaux contestées attisent les tensions avec la Grèce et Chypre. En outre, le président russe Vladimir Poutine, lançait l’idée de créer un hub gazier en Turquie.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

 Le pétrole recule encore, la Chine dans le viseur

Les prix du pétrole poursuivaient leur recul mercredi, les inquiétudes autour de la situation sanitaire de la Chine s’intensifiant alors que la deuxième économie mondiale est en proie à une importante vague de covid.

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)