La deuxième unité de la centrale nucléaire biélorusse connectée au réseau

Le deuxième réacteur de la centrale nucléaire de Biélorussie franchit une étape cruciale avec succès, ouvrant la voie à une augmentation de la production d'électricité et à des retombées économiques significatives.
Sans titre (1900 × 900 px) - 2023-05-16T125402.156

Le ministère de l’Énergie de Biélorussie a annoncé que la synchronisation du deuxième réacteur de la centrale nucléaire a eu lieu le samedi 13 mai à 13h24 dans le cadre du processus de mise en service continue. Selon le ministère, les opérations de synchronisation ont été précédées par de nombreux travaux, notamment la mise en état critique de la centrale puis son passage à un niveau de puissance minimale contrôlée, suivi d’une augmentation jusqu’à 40%.

Mise en service de l’unité en automne

Toutes ces opérations ont été réalisées conformément aux réglementations et aux normes de sécurité nécessaires. Rosatom a indiqué que les spécialistes augmenteront progressivement la puissance jusqu’à 50% dans les prochains jours et effectueront des tests pour vérifier la conformité des performances thermiques des principaux équipements dans les compartiments du réacteur et de la turbine aux valeurs de conception.

La puissance du réacteur sera ensuite augmentée par étapes successives, avec des tests réalisés à chaque étape, jusqu’à atteindre 100%. La mise en service de l’unité est prévue pour l’automne de cette année. Le ministre de l’Énergie, Viktor Karankevich, a déclaré que cette étape de démarrage de l’unité était l’une des plus importantes et critiques, résultant de travaux à grande échelle liés à l’installation et à la mise en service de l’équipement, ainsi qu’à des opérations préparatoires sérieuses.

La première unité de la centrale nucléaire de Biélorussie, située à Ostrovets, a été connectée au réseau en novembre 2020. Une fois les deux unités, équipées de réacteurs russes VVER-1200, mises en service, la centrale produira environ 18,5 TWh d’électricité par an, soit l’équivalent de 4,5 milliards de mètres cubes de gaz naturel, avec un impact annuel sur l’économie du pays d’environ 550 millions de dollars.

Dans cet article :​
Articles qui pourraient vous intéresser ​