La Bulgarie signe un accord Gazier avec la Turquie

La Bulgarie va accéder aux infrastructures gazières de son voisin turc lui permettant de diversifier son approvisionnement du gaz russe.
Bulgarie, accord entre l’opérateur gazier public bulgare, Bulgargaz, et la société gazière publique turque, Botas.

La Bulgarie va accéder aux infrastructures gazières de son voisin turc selon un accord signé mardi à Sofia. L’accord d’un durée  de 13 ans vise à diversifier son approvisionnement à la suite de l’arrêt des livraisons par la Russie après l’invasion de l’Ukraine.

“Nous pourrons ainsi acheter du gaz à tous les producteurs internationaux et le décharger en Turquie, là où cela nous convient le mieux sur le plan logistique”, a déclaré le ministre bulgare de l’Énergie par intérim, Rossen Hristov.

Selon le ministre turc de l’Énergie, Fatih Donmez, le contrat couvre les treize prochaines années. Il pourra concerner jusqu’à 1,5 milliard de mètres cubes de gaz naturel liquéfié (GNL) transportés par an. Soit la moitié des besoins bulgares.

L’accord entre l’opérateur gazier public bulgare, Bulgargaz, et la société gazière publique turque, Botas, donne accès aux terminaux comme aux réseaux de transit turc. En outre, cela va “accroître la sécurité des livraisons” dans toute la région des Balkans, a-t-il ajouté.

Avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février, Moscou assurait presque la totalité des besoins de la Bulgarie. Membre de l’Union européenne (UE) et de l’Otan, soit environ 3 milliards de mètres cubes de gaz par an.

Mais le fournisseur a suspendu ses livraisons en avril. Sofia faisant partie des clients ayant refusé de payer en roubles comme l’a exigé la Russie en mesure de représailles aux sanctions européennes.

Actuellement, la Bulgarie importe environ un milliard de mètres cubes de gaz naturel d’Azerbaïdjan. Elle a inauguré en juillet un nouveau gazoduc la reliant à la Grèce et lui procurant du GNL américain.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Le Japon maintient ses couvertures d’Assurance du Gaz Russe

Suite à l’annonce de l’arrêt de l’assurance de guerre maritime, des réassureurs britanniques accordent au Japon 30 milliards de yens jusqu’en mars. Il s’agit de sécuriser l’importation de carburant du Japon via Sakhalin-2 en Extrême-Orient russe au plus fort de la demande hivernale.

Le Japon adopte des alternatives au gaz russe

Au Japon, les assureurs de navires ont annoncé qu’ils annulaient la couverture des risques de guerre en Russie, en Ukraine et en Biélorussie. L’annonce intervient à la suite du retrait de la région par les réassureurs face à des pertes importantes.

La Turquie Réhausse ses Réserves de Gaz

En Turquie, le Président Tayyip Erdogan annonce que le volume total de gaz naturel du pays s’élève désormais à 710 milliards de mètres cubes. 

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)