Hydrogène: NEDO Réduit les Émissions de CO2 en Chine

Quzhou-energynews

L’hydrogène est au cœur du nouveau projet de réduction des émissions de CO2 développé par la New Energy and Industrial Technology Development Organization (NEDO). Cette dernière a sélectionné les entreprises japonaises Marubeni Corporation et JGC Holding corporation pour participer à l’Étude de faisabilité pour la minimisation des émissions de CO2 par l’utilisation d’hydrogène dérivé en Chine. Cette étude fait partie du “projet de démonstration international sur les technologies d’efficacité énergétique du Japon” selon NS Energy.

 

Une étude sur l’hydrogène menée sur une entreprise chinoise

L’usine chimique chinoise de Juhua située dans la ville de Quzhou, dans la province du Zhejiang, sera au centre de cette étude. En effet, de nombreuses émission d’hydrogène émerge lors du processus électrochimique de la production de soude caustique et de la gazéification du charbon. Au total l’entreprise possède une importante ressource de 18 500 Nm³/h. Les entreprises Japonaises souhaitent donc récupérer cette production à l’aide de moteurs à combustion mixte d’hydrogène et  de piles à combustible à électrolyte polymère pour réduire les émissions de CO2 au sein de l’entreprise. L’utilisation de l’hydrogène comme sous-produit restant aux alentours de 70 %, le pays souhaite optimiser la technologie de ses entreprises pour développer sa production.

 

NEDO hydrogène
Juhua Group Corporation à Quzhou

 

Une première étape pour développer l’utilisation d’hydrogène

L’évaluation de la faisabilité des technologies japonaises pour un “modèle  de commercialisation d’une production locale pour une consommation locale” en utilisant l’hydrogène comme dérivé devrait être publiée en 2021. Le NEDO passera ensuite à une phrase de démonstration et étendra cette technologie aux autres régions chinoises et aux industries chimiques d’Asie du Sud-Est.

Les deux entreprises japonaises ont aussi mené un projet sur la collecte et la décomposition des gaz à effet de serre, conjointement avec Juhua. En 2019, Marubeni a conclu un protocole d’accord avec Juhua pour coopérer à la construction d’un pôle industriel de l’hydrogène et à son développement à l’échelle nationale.

 

La Chine comme leader de la transition écologique

Le pays possède déjà une place importante dans la production d’énergies renouvelables. Premier dans la production hydroélectrique et solaire photovoltaïque, le pays souhaite désormais se tourner vers la production d’hydrogène. La Chine a d’ailleurs classé l’hydrogène et l’industrie des piles à combustible dans la catégorie des “industries stratégiques émergentes” dans le cadre du 13e plan quinquennal pour le développement des industries stratégiques émergentes. Le gouvernement a aussi publié le “Livre blanc sur l’industrie chinoise de l’hydrogène et des piles à combustible” en 2019.

Une nouvelle opportunité pour la Chine de se distinguer dans le domaine des énergies et de devenir l’un des leaders mondiaux de la transition écologique.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

L’Indonésie approuve $3,07 milliards pour Tuna

L’Indonésie approuve le premier plan de développement du champ gazier offshore Tuna. Avec un investissement total estimé à 3,07 milliards de dollars jusqu’au début de la production. Le projet devrait affirmer la souveraineté de l’Indonésie en mer méridionale, sujette à de nombreuses tensions avec la Chine.

 Le pétrole recule encore, la Chine dans le viseur

Les prix du pétrole poursuivaient leur recul mercredi, les inquiétudes autour de la situation sanitaire de la Chine s’intensifiant alors que la deuxième économie mondiale est en proie à une importante vague de covid.

Le Japon maintient ses couvertures d’Assurance du Gaz Russe

Suite à l’annonce de l’arrêt de l’assurance de guerre maritime, des réassureurs britanniques accordent au Japon 30 milliards de yens jusqu’en mars. Il s’agit de sécuriser l’importation de carburant du Japon via Sakhalin-2 en Extrême-Orient russe au plus fort de la demande hivernale.

Le Japon adopte des alternatives au gaz russe

Au Japon, les assureurs de navires ont annoncé qu’ils annulaient la couverture des risques de guerre en Russie, en Ukraine et en Biélorussie. L’annonce intervient à la suite du retrait de la région par les réassureurs face à des pertes importantes.

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)