Energie: l’Europe va passer cet Hiver, mais c’est le Prochain qui Inquiète

L’Europe et l’Asie surenchérissent désormais pour s’arracher des cargaisons de gaz naturel liquéfié (GNL) produit plus loin.
Europe Gaz

Sofie de Rous est la première à le reconnaître: avant cette année, c’était un peu Versailles chez elle, une petite maison de la côte belge, souvent chauffée à 21°C: “J’avoue, j’aime bien les maisons bien chaudes.”
Mais comme des millions d’Européens, cette communicante de 41 ans dans une agence d’architecture a vu sa facture monter en flèche à partir du printemps, après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, avec la fermeture progressive des gazoducs russes vers l’Europe.

Les cours du gaz ont bondi, avec une conséquence très concrète et très chère: l’Europe et l’Asie surenchérissent désormais pour s’arracher des cargaisons de gaz naturel liquéfié (GNL) produit plus loin, aux Etats-Unis, au Qatar ou ailleurs.

Des pays comme l’Espagne et la France ont réagi en gelant les tarifs pour les consommateurs mais d’autres, comme la Belgique, ont plus ou moins laissé les fournisseurs répercuter la hausse.

“J’ai un peu paniqué”, raconte Sofie, propriétaire d’une maison mal isolée de 90 mètres carrés à Oostduinkerke, chauffée par une chaudière au gaz. Elle payait 120 euros par mois avant la guerre pour gaz et électricité: sa facture est passée à 330 euros. A la réflexion, elle ne regrette pas cette “prise de conscience”.

Aujourd’hui elle surveille sa consommation, chauffe à 18°C, et se renseigne pour installer panneaux solaires et double vitrage… Comme Sofie, une nouvelle génération de Belges, de Français ou d’Italiens a perdu en 2022 son insouciance énergétique et appris à surveiller ses radiateurs. Dans l’ancien monde, le gaz était abondant et pas cher. Son prix de référence sur le marché européen variait peu, autour de 20 euros le mégawattheure. Cette année, il est monté jusqu’à 300 avant de retomber vers 100 euros. “Je n’ai jamais connu de période aussi chaotique”, confie à l’AFP Graham Freedman, analyste au cabinet Wood Mackenzie, qui ausculte depuis 40 ans le marché du gaz naturel.

Sobriété forcée

A cause des prix fous, des usines, dans la chimie allemande surtout, biberonnées au gaz de l’Est depuis l’époque soviétique, ont dû s’arrêter. Pour autant les réserves européennes ont pu être remplies à ras bord pendant l’été avec les derniers mètres cubes de gaz russe, et personne n’a subi de coupure. “Jusqu’à février, l’idée même que l’Europe s’en sorte sans énergie russe paraissait impossible”, se souvient Simone Tagliapietra, du centre de réflexion Bruegel à Bruxelles. “L’impossible est devenu possible.”

Les Européens ont certes eu de la chance: la douceur de l’automne a retardé l’allumage des chaudières. Mais il s’est produit quelque chose d’inattendu. Ils ont fortement réduit leur consommation d’énergie: -20% de gaz dans l’UE d’août à novembre, par rapport aux cinq années précédentes, selon Eurostat.

La moitié des Allemands ont des chaudières au gaz et leur baisse de consommation est “extrême, énorme”, confirme Lion Hirth, professeur de politiques énergétiques à la Hertie School à Berlin. Il y voit la volonté de “ne pas payer Poutine” autant que de réduire les factures. Tout indique que celles-ci resteront salées. Et ce n’est pas le “plafond” adopté par l’UE en décembre pour les prix de gros qui les fera vraiment baisser, prédisent les experts.

Pas assez de gaz

En quelques mois, la Russie a ainsi perdu son premier client gazier, l’Europe, dont les achats sont passés de 191 milliards de mètres cubes en 2019 à 90 milliards cette année, et sans doute 38 milliards en 2023, prévoit Wood Mackenzie.

Il a fallu compenser par ce GNL que l’UE délaissait autrefois puisqu’il était plus cher. Avec un effet pervers: “L’Europe s’est mise à payer plus cher que l’Asie pour le gaz, et des pays comme l’Inde et le Pakistan n’ont pas pu rivaliser”, souligne Graham Freedman. Conséquence climatique: faute de GNL, ces pays moins riches brûlent davantage de charbon.

Pour décharger le GNL des navires méthaniers, il faut des terminaux portuaires capables de le regazéifier et de l’injecter dans les gazoducs. L’Allemagne a installé en urgence son premier, flottant, en décembre. Ce sont 26 nouveaux terminaux qui ont été annoncés sur le continent, dont un cinquième en France au Havre, a compté Global Energy Monitor, qui craint que cela ne crée une nouvelle dépendance au gaz, quand l’Europe veut passer aux renouvelables.

Pour l’hiver 2023/2024, il n’y aura plus de gaz russe pour reconstituer les réserves au printemps et à l’été. S’il fait très froid en janvier et en février, il faudra acheter davantage de GNL et “le combat” Europe-Asie s’intensifiera, explique à l’AFP Laura Page, spécialiste du gaz chez le fournisseur de données sur l’énergie Kpler. “Il n’y a pas assez de gaz dans le monde pour remplacer le gaz russe”, abonde Graham Freedman. Ce n’est que vers 2025 ou 2026 que les nouveaux projets de GNL, notamment au Qatar, produiront des millions de tonnes supplémentaires. D’ici là, les Européens auront-ils appris à vivre à 18°C?

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

 Le pétrole recule encore, la Chine dans le viseur

Les prix du pétrole poursuivaient leur recul mercredi, les inquiétudes autour de la situation sanitaire de la Chine s’intensifiant alors que la deuxième économie mondiale est en proie à une importante vague de covid.

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)