Elektrarne Nationalisée par la Slovaquie?

La Slovaquie envisage la nationalisation d'Elektrarne. Il s'agirait d'une mesure d'extrême urgence pour lutter contre la flambée des prix.
Elektrarne_energynews

Elektrarne, compagnie d’électricité, est au cœur des débats en Slovaquie. Au cours d’un débat, le ministre des Finances du pays, Igor Matovic, s’est exprimé sur la question d’une éventuelle nationalisation de l’entreprise dans un contexte de crise énergétique. Selon lui, le rachat des parts d’Elektrarne serait une mesure d’extrême urgence.

L’option du rachat des parts d’Elektrarne

Igor Matovic n’a pas insisté sur les modalités concernant une nationalisation d’Elektrarne. Toutefois, il commente:

“L’une des solutions serait d’essayer de trouver un accord avec les actionnaires actuels afin de racheter leurs parts chez Elektrarne.”

Selon lui, ce rachat permettrait à la Slovaquie de reprendre la main sur la politique tarifaire. Toutefois, il n’évoque pas le coût imputable à une telle mesure.

Actuellement, la Slovaquie détient 34% d’Elektrarne. Enel et EPH détiennent les 66% restants.

La Slovaquie mise sur le nucléaire

En février, Elektrarne avait concédé un plafonnement du prix de l’électricité pour les ménages. La société a opté pour cette solution pour éviter un impôt exceptionnel. De fait, l’États slovaque a envisagé cette solution pour contenir la flambée des prix de l’énergie.

De fait, la Slovaquie mise également sur le nucléaire. Or, Elektrarne opère les centrales du pays. Cela comprend les deux unités de Mochovce et la centrale de Bohunice, d’une capacité de 1.000 MW.

Soulignons que le pays entend développer le nucléaire. Des tests sont en cours pour une troisième unité à Mochovce. Celle-ci, d’une capacité de 471 MW, sera opérationnelle au début de l’année 2023.

Nationaliser Elektrarne, l’unique solution?

Si la nationalisation d’Elektrane a été évoquée, Igor Matovic déclare que d’autres solutions seraient préférables. Il cite alors un plafonnement des bénéfices des producteurs d’énergie n’utilisant pas de gaz.

Cette solution a par ailleurs été évoquée vendredi, lors de la réunion des ministres de l’Énergie de l’UE.

Articles qui pourraient vous intéresser