Des modules SMR envisagés pour une usine d’engrais indonésienne

Quatre entreprises danoises se sont engagées dans un projet d'envergure en Indonésie, visant à construire une installation révolutionnaire de production d'ammoniac à faibles émissions. Cette usine, prévue pour ouvrir ses portes en 2028, produira suffisamment d'ammoniac pour nourrir près de 45 millions de personnes.
Sans titre (1900 × 900 px) - 2023-05-22T113148.369

Quatre entreprises danoises – Copenhagen Atomics, Aalborg CSP, Alfa Laval et Topsoe – ont signé un protocole d’accord avec le producteur indonésien d’ammoniac, Pupuk Kalimantan Timur (PKT), ainsi qu’avec Pertamina New & Renewable Energy, pour étudier la construction d’une installation dans la ville de Bontang, sur la côte est de l’île de Bornéo, dans la province de Kalimantan Est.

Ouverture en 2028

L’usine devrait ouvrir en 2028 et produira 1 million de tonnes d’ammoniac à ultra-faibles émissions par an, représentant un investissement estimé à 4 milliards de dollars américains. Cette production est suffisante pour produire des engrais permettant de nourrir 45 millions de personnes, soit environ un sixième de la population indonésienne.

Au cours des 50 ans de durée de vie de l’usine, la valeur de l’ammoniac produit atteindra 25 milliards de dollars américains aux prix actuels. En plus de la synthèse de l’ammoniac, Topsoe fournira une technologie de cellules d’électrolyse nouvellement développée, appelée cellule électrolyseuse à oxyde solide (SOEC). La SOEC prétend rendre la production d’hydrogène jusqu’à 30% plus efficace que les technologies concurrentes. L’hydrogène est une étape intermédiaire dans la production d’ammoniac.

Alfa Laval livrera des échangeurs de chaleur pour optimiser le bilan énergétique de l’usine et des installations de dessalement pour produire de l’eau ultra-pure destinée au processus d’électrolyse. Copenhagen Atomics fournira ses réacteurs modulaires compacts à sels fondus à base de thorium (SMR). Pendant ce temps, Aalborg CSP concevra et fournira des systèmes de stockage d’énergie thermique, des chaudières à vapeur à sels fondus assurant l’équilibrage énergétique nécessaire pour intégrer la production d’énergie des modules SMR avec la production d’électricité et la récupération de la chaleur perdue des turbines électriques, tout en produisant de l’eau ultra propre. La partie centrale du projet sera la centrale nucléaire composée de 25 modules SMR, fournissant une puissance totale de 1 GW.

Dans cet article :​
Articles qui pourraient vous intéresser ​

Nord Stream: de nouvelles pistes mènent à l’Ukraine

Nouvelles révélations dans l’enquête sur le sabotage des gazoducs Nord Stream reliant la Russie à l’Allemagne. Le voilier suspecté d’avoir transporté les explosifs mène vers l’Ukraine. Interrogations sur l’implication d’un commando ou des services secrets ukrainiens. Contexte tendu depuis l’invasion russe et coupures de gaz en représailles.

Nord Stream: la Russie convoque trois ambassadeurs européens

La Russie a convoqué les ambassadeurs d’Allemagne, du Danemark et de la Suède pour exprimer son mécontentement face à l’enquête sur l’explosion des gazoducs Nord Stream. Malgré huit mois d’investigations, la responsabilité de cette attaque sous-marine reste un mystère.

Eni décharge avec succès le premier cargo de GNL à Piombino

Eni a réussi à décharger le premier cargo de GNL dans le nouveau terminal de regazéification de Snam à Piombino. Cette acquisition de capacité de regazéification fait partie de la stratégie d’Eni pour diversifier les approvisionnements en GNL en Italie.