CSI Solar Collabore avec la ville d’Haidong

CSI Solar prévoit la construction d'une usine de polysilicium de haute pureté dans la province de Qinghai, dans la ville d'Haidong.
CSI Solar

CSI Solar, filiale de Canadian Solar Inc, prévoit la construction d’une usine de polysilicium de haute pureté dans la province de Qinghai, dans la ville d’Haidong. Cet accord constitue la première étape de la construction d’un parc industriel de production de panneaux solaires dans la même ville.

CSI Solar mise sur l’industrie chinoise

CSI Solar base ce projet sur la force productive et industrielle chinoise. Bien que le pays soit le premier consommateur de charbon, une transition énergétique est en cours. Les IDE, tels que ceux de Canadian Solar via CSI Solar, participent à cette dynamique.

Selon l’IEA, il est impératif d’augmenter la production des éléments essentiels au marché de l’énergie solaire d’ici 2030. Parmi ces “élements essentiels”, on note les lingots, les plaquettes, les cellules, les modules et le polysilicium.

La spécialisation et l’avantage comparatif tirés d’une implantation en Chine constituent également un facteur déterminant. La capacité de production mondiale de polysilicium en 2021 provenait à 79% de la Chine. L’IEA estime que la production totale de polysilicium sera à terme assurée à 95% par ce pays.

L’usine de CSI Solar à Haidong aura, quant à elle, une capacité de production annuelle de 50.000 tonnes de polysilicium de haute pureté.

Le PDG de Canadian Solar, Shawn Qu, commente:

“Nous sommes heureux d’accroître le niveau d’intégration verticale de notre capacité de production en ajoutant des capacités de production de polysilicium. Cela nous permettra de mieux contrôler les coûts, la technologie et la qualité des produits, et donc d’améliorer encore notre pouvoir de fixation des prix et nos marges. En outre, 90% de la capacité électrique installée de Qinghai est constituée d’énergie propre. L’implantation de nos installations de fabrication de produits solaires à Qinghai nous aidera à réduire de manière significative l’empreinte carbone de nos produits, surtout si l’on considère la forte consommation d’énergie pour la fabrication du polysilicium.”

De nouvelles problématiques

Dans son communiqué de presse Canadian Solar annonce un développement possible de nouvelles installations ultérieurement. D’autres matériaux tels que les cellules, les modules et autres composants cités plus tôt pourraient être produits dans le parc industriel d’Haidong. Canadian Solar ne s’est cependant pas engagé à ce propos.

Toutefois, l’annonce de CSI Solar ne prend pas en compte de possibles éléments crisogènes. Les conditions étant une stabilité géopolitique, l’absence de troubles sanitaires, des chaînes d’approvisionnements fiables. D’autres variables subsistent.

Plusieurs éléments, dont l’actualité récente en Mer de Chine et les mesures de confinement du gouvernement chinois, démontrent  un haut degré d’incertitude. Il n’est pas exclu qu’un certain nombre de facteurs ne jugule les investissements de Canadian Solar, et donc le projet de CSI Solar.

Toujours selon l’IEA, la concentration de toute la chaîne d’approvisionnement mondiale concernant le secteur photovoltaïque en Chine constitue un problème majeur. Une nécessité d’extension de la production photovoltaïque en dehors des frontières chinoises est donc impérative.

Le directeur exécutif de l’IEA, Fatih Birol, ajoute:

“S’il y a un incendie ou une catastrophe naturelle, cela peut avoir des implications pour la transition vers une énergie propre au niveau mondial en termes de flambée des prix et même de disponibilité de l’énergie solaire photovoltaïque.”

Il faut prendre en compte le dossier taïwanais, susceptible de causer une situation analogue à celle de la Russie. De plus, si la production selon le groupe canadien se veut verte, l’exportation de ces produits suppose une source d’émission indirecte.

Articles qui pourraient vous intéresser