Véhicules électriques: le retard assumé mais risqué des constructeurs japonais

L'industrie automobile japonaise est en retard sur le segment de l'électrique, un choix risqué pour l'avenir malgré leur domination actuelle sur les hybrides. Si les constructeurs japonais ne réagissent pas rapidement aux réglementations pro-électriques, certains pourraient disparaître à terme.
Véhicules électriques Japon

L’industrie automobile japonaise commence-t-elle à ressembler à un colosse aux pieds d’argile? Encore très puissante au niveau mondial, elle est en revanche à la traîne sur le segment porteur de l’électrique: un choix assumé, mais risqué pour l’avenir.

Toyota est certes resté en 2022 le numéro un mondial de l’automobile pour la troisième année consécutive. Et quatre de ses compatriotes (Honda, Nissan, Suzuki et Mazda) font aussi partie du top 20 mondial des constructeurs au niveau des ventes en volume. Mais s’agissant des ventes mondiales 100% électriques, le tableau est radicalement différent.

Aucun groupe nippon n’apparaît dans le top 20 de ce segment en 2022, dominé par l’américain Tesla et dans lequel brillent de plus en plus de constructeurs chinois comme BYD, selon un classement établi par le cabinet d’études Inovev. La plupart des constructeurs nippons ont préféré massivement miser sur les véhicules hybrides sur les deux dernières décennies – un segment dont Toyota a été le défricheur et demeure le champion mondial – et ils ne se sont lancés sérieusement dans l’électrique que très récemment.

Même si l’Union européenne, le Royaume-Uni et des Etats américains comme la Californie ne veulent plus que des voitures zéro émission à partir de 2035, le Japon continue d’espérer que les hybrides (essence-électrique) resteront une solution privilégiée ailleurs dans le monde, à côté de l’électrique. Une position souvent accusée à l’étranger d’être trop peu ambitieuse par rapport à l’urgence climatique et au virage électrique radical pris par d’autres constructeurs, mais jugée plus réaliste par l’industrie automobile japonaise comme par le gouvernement nippon.

Un enjeu vital

“Les technologies hybrides sont accessibles et offrent des économies (d’émissions de CO2, NDLR) significatives par rapport aux moteurs thermiques”, plaide Kuniharu Tanabe, un responsable de la stratégie automobile du ministère japonais de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie (Meti) interrogé par l’AFP.

Alors que “les véhicules électriques sont chers et les ressources limitées”, ajoute-t-il, en faisant notamment allusion aux incertitudes sur l’évolution de l’offre en lithium, composant essentiel des batteries, même si les technologies de recyclage s’améliorent. M. Tanabe juge ainsi “extrême” la politique zéro émission définitivement approuvée fin mars par l’Union européenne. Tout en relevant, non sans une certaine satisfaction, l’exception prévue en dernière minute pour les carburants de synthèse, des technologies en développement sur lesquelles le Japon travaille également, précise-t-il.

Les hybrides sont “un excellent filet de sécurité” pour les constructeurs japonais face aux nombreux risques associés à une stratégie 100% électrique. Mais “l’électrique doit être la priorité”, parce que l’avènement de son règne est inéluctable à terme avec le réchauffement climatique, selon Christopher Richter, analyste automobile de CLSA à Tokyo. S’ils sont incapables de “réagir rapidement” aux réglementations pro-électriques croissantes dans le monde, “certains constructeurs japonais pourraient disparaître” à terme, prévient aussi l’analyste Koji Endo de SBI Securities.

Un enjeu vital pour le Japon, alors que 8% des emplois du pays et près de 20% de ses exportations dépendent de son industrie automobile.

Dans cet article :​
Articles qui pourraient vous intéresser ​

Foresight, Statkraft et Progressive Energy se joignent pour former Grenian

Foresight, Statkraft et Progressive Energy s’unissent pour créer Grenian, une coentreprise dédiée au développement de projets d’hydrogène vert au Royaume-Uni. Avec une vision axée sur la décarbonation industrielle, Grenian vise à offrir des solutions durables aux fabricants cherchant à remplacer le gaz naturel par de l’hydrogène, tout en favorisant la transition énergétique.

Japon: vote d’une loi prolongeant les réacteurs nucléaires au-delà de 60 ans

Le Japon adopte une loi visant à prolonger la durée de vie de ses réacteurs nucléaires au-delà de 60 ans, dans le but de renforcer la sécurité énergétique du pays et de favoriser la réalisation de ses objectifs climatiques. Cette décision exclura les périodes d’arrêt liées aux normes de sécurité post-Fukushima et aux injonctions judiciaires temporaires. Avec seulement 10 réacteurs opérationnels sur 33, cette mesure vise à relancer l’industrie nucléaire japonaise tout en assurant un contrôle régulier par l’Autorité de sûreté nucléaire.

Royaume-Uni: l’énergéticien Drax visé par une enquête sur ses promesses environnementales

Le gendarme britannique de l’énergie, Ofgem, lance une enquête sur la compagnie d’électricité Drax, suite à des allégations selon lesquelles le bois utilisé pour produire de l’électricité dans ses centrales ne serait pas réellement renouvelable. Cette enquête met en lumière les questions entourant les régimes d’obligation pour les énergies renouvelables et suscite les critiques des ONG écologistes. Alors que Drax affirme coopérer pleinement avec l’Ofgem et vérifier indépendamment l’origine renouvelable de sa biomasse, l’enquête fait suite à des préoccupations croissantes concernant la durabilité environnementale de cette pratique.

Asda rachète les stations-service EG des frères Issa qui consolident leur empire

Asda, l’un des principaux supermarchés au Royaume-Uni, annonce l’acquisition d’EG Group, incluant ses stations d’essence et supérettes alimentaires, pour une valeur de 2,3 milliards de livres. Cette opération stratégique vise à accélérer la croissance d’Asda dans les magasins de proximité et la distribution sous différents formats.

L’industrie éolienne vise à fournir un tiers de l’électricité au Japon d’ici 2050

Vers une révolution énergétique au Japon : l’industrie éolienne vise à fournir un tiers de l’électricité du pays d’ici 2050. Les ambitieux objectifs de la Japan Wind Power Association (JWPA) pour augmenter la capacité éolienne à 140 gigawatts (GW) et atteindre la neutralité carbone sont au cœur des efforts déployés pour accélérer la transition énergétique.

RWE annonce des projets de capture de carbone pour décarboner l’énergie au Royaume-Uni

RWE, principal producteur d’électricité au Royaume-Uni, s’engage fermement dans la décarbonisation de l’énergie en élaborant des ambitieux projets de capture de carbone de RWE, visant à réduire les émissions de CO2, garantir la sécurité énergétique et soutenir la transition vers une énergie plus propre. Ces initiatives témoignent de l’engagement de RWE envers un avenir énergétique durable.

Édition