Vallourec Fournit Saudi Aramco en Tubes

Vallourec annonce la signature d'un contrat avec Saudi Aramco. Elle lui fournira des tubes pendant 10 ans, à partir de 2023.
vallourec saudi aramco_energynews

Le groupe français Vallourec a annoncé mardi avoir signé un accord avec le géant pétrolier saoudien Aramco pour lui fournir des tubes pendant dix ans sur la base de commandes trimestrielles livrées par son usine implantée dans le royaume.

Aucun montant n’a été communiqué, mais le groupe précise dans un communiqué que deux commandes ont d’ores et déjà été passées avec une livraison prévue début 2023.

Cet accord “couvrira une partie des besoins de Saudi Aramco en tubes en acier sans soudure (OCTG) premium destinés à ses activités de forage” et “comprend la fourniture de tubes de cuvelage premium ainsi que des services de gestion des stocks”, précise l’entreprise française.

Vallourec se félicite de ce “succès important” qui vient renforcer ses relations avec le premier exportateur mondial de pétrole brut et “ouvre la voie à une feuille de route commune axée sur l’innovation, les services et la transition énergétique”.

“Avec ce premier accord à long terme, Saudi Aramco distingue Vallourec comme un partenaire stratégique pour les années à venir”, a déclaré Philippe Guillemot, président du conseil d’administration et directeur général de Vallourec, cité dans le communiqué.

Le groupe avait inauguré en 2014 une usine de finition de tubes pétrole et gaz en Arabie saoudite, issue de l’acquisition en 2011 de Saudi Seamless Pipes Factory Company Limited, un investissement total d’environ 200 millions de dollars principalement destiné à fournir Saudi Aramco et d’autres entreprises énergétiques dans la région.

Au deuxième trimestre, le fabricant français a enregistré une perte nette de 415 millions d’euros principalement en raison des provisions liées à son plan social. Le chiffre d’affaires a suivi une courbe inverse, avec une hausse de 35,9% entre avril et juin, à 1,14 milliard d’euros.

Vallourec a notamment profité d’une forte progression de son pôle Pétrole & gaz, en hausse de 63,2% sur le trimestre, à 781 millions d’euros, liée tant à la hausse des prix que des volumes en Amérique du Nord, ainsi qu’à celle des volumes en Europe, Moyen-Orient et Afrique.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)