Un Consortium pour l’Éolien Offshore en France

En France, la mer Méditeranée est propice au développement de l'éolien offshore. La DGEC vient d'annoncer la présélection de 13 entreprises pour le développement de 2 parcs. Parmi eux, un consortium regroupant TotalEnergies, Qair et Corio Generation.
consoritum

Un consortium voit le jour pour développer l’éolien offshore en mer Méditerranée. De nombreux candidats ont répondu à un appel d’offres visant à développer deux parcs éoliens flottants. La Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) en a présélectionné 13 dont celui formé par TotalEnergies, Corio Generation et Qair.

Appel d’offres pour l’éolien offshore en Méditerranée

La France souhaite développer 40 GW de capacité éolienne offshore d’ici 2050. Ainsi, en Mediterranée, le dialogue concurrentiel de l’appel d’offres AO6 bat son plein. Il fait suite à la présélection de 13 candidats par la DGEC. Parmi eux, un consortium composé de TotalEnergies, Corio Generation et Qair.

De fait, ces trois entreprises souhaitent remporter les contrats de construction de deux parcs éoliens flottants mis en jeu. Ces deux parcs de 250 MW chacun devraient répondre à la consommation annuelle d’électricité d’un million de personnes. Ils se situeront au large de Port-la-Nouvelle (Aude) et de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône).

Un consortium aux expertises complémentaires

Les partenaires de ce consortium entendent, en plus des parcs, de développer une filière industrielle éolienne locale. Aussi, ils prévoient de consulter les intervenants régionaux. De plus ils vont mettre l’accent sur la promotion de l’économie locale et la création d’opportunités d’emploi.

En outre, ils pourront s’appuyer sur l’expertise technique de chacun et bénéficier de solides ressources financières. De plus, chacun possède une belle expérience dans le secteur éolien offshore.

Dans un premier temps, TotalEnergies, société multi-énergies, développe déjà plus de 11 GW de projets éoliens offshore. D’ailleurs, parmi eux, plus de 2 GW sont des projets flottants en France, Au Royaume-Uni et en Corée du Sud.

Dans un second temps, on retrouve Corio Generation qui est le membre avec la plus grande expérience du consortium. De fait, la société compte plus de 20 GW de projets en développement dans le monde dont 2,5 GW d’éolien flottant. Développeur mondial spécialisé dans l’éolien offshore, Corio est une société du portefeuille autonome du Green Investment Group.

Qair, producteur européen d’énergies renouvelables n’est pas en reste. C’est effectivement un pionnier français de l’éolien flottant. Avec plus de 30 ans d’expérience, il exploite 1 GW d’actives et développe un portefeuille de 20 GW.

Une coopération qui fonctionne

Afin de remporter cet appel d’offres, le consortium peut mettre en avant un historique de partenariats. Effectivement, ils ont déjà travaillé conjointement pour un appel d’offres pour le parc éolien flottant de 250 MW en Bretagne.

Par ailleurs, Total a travaillé plusieurs fois avec l’un ou l’autre des deux partenaires. Cela a été le cas sur le projet pilote éolien flottant Eolmed avec Qair. L’entreprise a également travaillé avec Corio sur trois projets éoliens en Corée du Sud, en Écosse et au Royaume-Uni.

Les représentants des trois entreprises du consortium s’accordent à dire que c’est un partenariat qui fonctionne. Aussi, ils sont heureux de retravailler ensemble.

Ils mettent aussi l’accent sur l’importance d’accélérer la transition énergétique et d’exploiter le mieux possible les ressources renouvelables. Selon eux, la Méditerranée est le lieu idéal pour développer l’éolien flottant. De surcroît, cela permettrait de créer de nombreuses possibilités d’emploi et d’investissement.

 

Illustration par mahaling nippani

Articles qui pourraient vous intéresser

favicon-white.png
Pas encore inscrit? Rejoignez la communauté des professionnelles de l’énergie et accédez à l’ensemble de nos contenus. >>>