Talos Energy travaille avec Pemex sur Zama

Au Mexique, Talos Energy annonce travailler avec Pemex dans le cadre du champ pétrolier Zama, champ très contesté. Les deux entreprises entendent soumettre un plan de développement avant mars 2023, avant la FID.
Talos Energy_energynews

Talos Energy travaille au côté de Pemex sur le champ offshore de Zama. Malgré un différend autour de Zama, les deux entreprises collaborent dans le but de finaliser le plan de développement du champ.

Talos Energy et Pemex travaillent sur Zama

Talos Energy annonce travailler avec Pemex afin de finaliser le plan de développement du champ. De plus, elle discute de la formation d’une équipe de projet intégrée afin de désigner les différents rôles du projet. Les dirigeants de l’entreprise déclarent:

“Talos Energy travaille avec la compagnie pétrolière mexicaine Pemex pour finaliser un plan de développement du champ Zama.”

Talos Energy entend soumettre ce plan de développement avant mars 2023, date à laquelle la FID est prévue. Notons que le champ est également détenu par des investisseurs minoritaires, tels que Harbour Energy et Wintershall DEA. Ainsi, Timothy Duncan, PDG de Talos Energy, explique:

“L’achèvement du plan de développement est le dernier obstacle avant la prise d’une décision finale d’investissement pour le projet.”

Zama, un champ convoité

L’administration mexicaine, sous le président Enrique Pena, a ouvert le secteur aux investisseurs privés. Ainsi, après sept décennies, Pemex a perdu son monopole. En plus, Talos a remporté un bloc avec un gisement estimé à 700 millions de barils durant la vente aux enchères organisé par l’administration mexicaine.

Le PDG de Talos se réjouit:

“Nous sommes très fiers de notre leadership opérationnel dans le secteur énergétique privé du Mexique et de nos réalisations jusqu’à présent avec notre découverte de classe mondiale Zama.”

Ainsi, Talos Energy est devenue la première entreprise privée à exploiter le pétrole en territoire mexicain. Cependant, le bloc qu’elle exploite s’étend sur un bloc exploité par Pemex. En juillet 2021, le SENER donnait à Pemex le rôle d’exploitant du champ.

Ainsi, Talos cherche des alternatives. L’entreprise entend mettre en place une équipe de projet intégrée. Selon M. Duncan:

“Cela renforcera les droits de gouvernance pour toutes les parties et profitera au projet.”

Pemex, victime de sa mauvaise réputation

Pemex s’est construit une mauvaise réputation. À la recherche de gains rapides, elle a la réputation de mal gérer les champs. Ainsi, Talos Energy pourrait s’inquiéter, à cause de l’expérience de Pemex avec Cantarell, de la manière dont Zama pourrait être géré.

La stratégie de Pemex visant à augmenter la production a conduit prématurément au déclin du gisement, selon plusieurs témoignages. Marco Biersinger, directeur du financement des entreprises du secret du pétrole et du gaz chez Kroll, commente:

“Pemex a, à certaines occasions, montré qu’elle préférait mettre les puits en production de manière précoce et pourrait donc avoir sacrifié le volume total de récupération de ses champs.”

Luis Miguel Labardini, ancien conseiller du directeur financier de Pemex, déclare:

“Pemex devrait reconnaître officieusement qu’elle n’est pas en mesure de gérer l’ensemble du projet et donner à Talos un rôle opérationnel plus important.”

Talos a investi 104 millions de dollars dans le champ depuis 2015. Une fois l’investissement final, Zama devrait être en capacité de produire plus de 160.000 bep. De fait, Zama aurait une capacité totale estimée entre 735 et 950 millions bep.

Articles qui pourraient vous intéresser