Royaume-Uni: les Projets CCUS se Multiplient

Le Royaume-Uni compte sur le CCUS, les projets pourraient bénéficier de paiements de disponibilité sur 15 ans
Royaume-Uni

L’invasion de l’Ukraine par la Russie perturbe l’approvisionnement européen, le Royaume-Uni ne fait pas exception à la règle. Depuis le début de la guerre, de très nombreux États cherchent alors à diversifier leurs sources d’énergie afin d’atteindre l’indépendance énergétique.

Ainsi, le Royaume-Uni a annoncé, début avril, une nouvelle stratégie énergétique. De fait, le pays mise sur le nucléaire, l’éolien offshore et le solaire. De surcroît, le Royaume-Uni s’intéresse au CCUS, technologies qui ont un rôle majeur à jouer dans la transition écologique.

Le Royaume-Uni soutient les projets CCUS

Le Department for Business, Energy & Industrial Strategy (BEIS) a récemment publié un document de consultation. Dans cette note, il expose la stratégie envisagée par le gouvernement concernant les projets CCUS. Ainsi, il a proposé un modèle de contrat d’énergie renouvelable pendant une période pouvant aller jusqu’à 15 ans. Ce contrat permettrait aux centrales électriques britanniques au gaz naturel équipées d’un système de CCUS de recevoir des paiements de disponibilité.

Selon les sources de S&P Global, le gouvernement mène une consultation jusqu’au 10 juin. Il souhaite, par la suite, mettre en place des enchères concurrentielles pour les projets de CCUS au cours de cette décennie. Le BEIS s’exprime au sujet des contrats :

“Ils seraient basés sur les termes et conditions standards des contrats de différence pour le cycle d’allocation 4, mais adaptés pour permettre aux installations CCUS alimentée au gaz naturel de jouer un rôle de mérite moyen dans la satisfaction de la demande d’électricité, en remplaçant les centrales thermiques non exploitées”.

Un paiement de disponibilité envisageable

Ainsi, d’après les termes des accords, les producteurs recevraient un paiement de disponibilité. Celui-ci serait lié à la performance de l’installation, afin d’encourager la disponibilité d’une capacité de production à faible teneur en carbone. Le paiement serait versé indépendamment du fait qu’une installation soit en cours d’exploitation. Cela permettra ainsi d’éviter que les centrales CCUS ne soient incitées à remplacer des sources moins coûteuses. Nous pensons notamment aux énergies renouvelables et au nucléaire.

Par ailleurs, le BEIS confirme ces propos :

“Afin de garantir qu’une centrale CCUS produise de l’électricité avant les alternatives à plus forte teneur en carbone, nous proposons qu’un paiement variable tienne compte du coût supplémentaire de production d’une centrale CCUS par rapport à une centrale de référence non exploitée”.

La centrale de référence serait une centrale à turbine à gaz à cycle combiné. Elle présenterait le rendement thermique défini le plus élevé, évalué sur la base d’un pouvoir calorifique inférieur et fonctionnant sur le réseau électrique britannique. Le ministère ajoute que les premiers projets auront la possibilité de choisir une durée appropriée comprise entre 10 et 15 ans.

Le Royaume-Uni confirme sa stratégie Net Zero

La stratégie Net Zero du gouvernement vise à commencer l’allocation concurrentielle pour les projets CCUS d’électricité dans les années 2020. Le BEIS a notamment précisé que le projet commencera à se mettre en place dès cette année :

“Nous avons l’intention de lancer un appel à contribution plus tard dans l’année pour recueillir des avis et des preuves sur la meilleure façon de réaliser cette ambition et de soutenir le déploiement continu des projets CCUS dans les années 2030”.

Certaines sociétés britanniques se lancent déjà dans le CCUS. En février, la compagnie d’électricité britannique SSE et la société norvégienne Equinor ont soumis conjointement deux grands projets CCUS. Ils concernent la production d’électricité à partir de gaz au Cluster Sequencing Process du gouvernement. De la même manière Keadby 3, dans le Lincolnshire, en Angleterre, et Peterhead, en Écosse, seraient des TGCC de 910 MW dotés d’un équipement de capture du carbone. D’autres projets seraient également en cours.

S&P Global Commodity Insights a publié le 29 mars son rapport sur l’électricité européenne à long terme. Il prévoit que la production de CCUS au gaz au Royaume-Uni augmente rapidement. Elle sera en moyenne de 1,8 GW en 2030, puis de 3,9 GW en 2035.

Articles qui pourraient vous intéresser