Plug investit $315M dans un Électrolyseur à Anvers

L'Américain Plug Power investit 315 millions de dollars dans un électrolyseur dans le port d'Anvers.
hydrogène

L’Américain Plug Power spécialisé dans l’hydrogène, les piles à combustibles et les électrolyseurs, a annoncé mercredi un investissement de 315 millions de dollars dans le port belge d’Anvers-Bruges pour bâtir une usine d’hydrogène vert à partir d’énergie éolienne.

Plug Power s’engage en Belgique

En outre, l’usine d’une capacité de 100 megawatts, dont la construction doit commencer fin 2023, devrait démarrer sa production “fin 2024, début 2025” à partir d’électricité éolienne produite localement et venant du Danemark ou de Belgique, a indiqué à l’AFP le PDG de Plug Power, Andy Marsh, au cours d’un entretien téléphonique.

“L’hydrogène vert est une révolution industrielle pour les 100 prochaines années”, a souligné M. Marsh au cours de l’entretien. “La crise énergétique en Europe”, issue de la guerre en Ukraine, “a accéléré la demande de projets de développement d’hydrogène vert”, a-t-il souligné. L’usine d’Anvers devrait produire jusqu’à 12.500 tonnes d’hydrogène vert par an, à la fois sous forme liquide et gazeuse, destiné au marché local et européen, notamment pour la décarbonation des industries chimiques très présentes dans le port et celle des transports routiers lourds.

L’usine d’Anvers sera la première usine de production d’hydrogène vert hors Etats-Unis construite par Plug Power, financée en “numéraire”, selon M. Marsh. Le groupe place l’Europe au cœur de ses axes de développement. Il a déjà annoncé plusieurs accords avec des partenaires industriels sur le Vieux continent, où il est implanté en Espagne, au Pays-Bas, en Allemagne et en France.

Par ailleurs, il a remporté le 23 mai la plus grosse commande d’électrolyseurs au monde auprès de l’entreprise H2 Energy Europe (Suisse) pour livrer un électrolyseur d’une puissance d’1 GW afin d’équiper un site de production d’hydrogène vert au Danemark. Ce site devrait ainsi permettre d’alimenter l’équivalent de 15.000 poids lourds par jour. En France, il a signé un accord global avec Lhyfe pour développer conjointement des usines de production d’hydrogène vert dans toute l’Europe avec pour objectif d’installer une capacité totale d’hydrogène d’1 GW d’ici 2025.

Alliance avec Renault

Le groupe a aussi lancé une coentreprise, Hyvia, avec Renault pour la construction d’une usine de production de véhicules utilitaires légers à l’hydrogène, à Flins. Et un accord a été signé avec le groupe de distribution Lidl en Loire Atlantique. Le but est de convertir des engins de manutention d’une plateforme logistique à l’hydrogène vert. Aux Etats-Unis, Plug a annoncé en avril un partenariat avec le géant de la distribution Walmart pour alimenter 9.500 chariots élévateurs à hydrogène dans tout le pays.

L’hydrogène dit “vert”, ou décarboné, se fabrique à partir d’un processus d’électrolyse de l’eau où l’on sépare les molécules d’hydrogène et d’oxygène de l’eau (H2O) avec de d’électricité provenant d’énergie verte (éolienne, hydro-électrique, solaire) ou nucléaire.

Articles qui pourraient vous intéresser

favicon-white.png
Pas encore inscrit? Rejoignez la communauté des professionnelles de l’énergie et accédez à l’ensemble de nos contenus. >>>