Pétrole Iranien: Nouveau Terminal en Mer d’Oman

oil-tanker

Le pétrole iranien transite habituellement par le détroit d’Ormuz pour rejoindre l’île de Kharg, principal terminal d’export de pétrole iranien. Dorénavant, le pétrole pourra être acheminé directement vers la mer d’Oman sans que les tankers n’aient à passer par le détroit.

 

Le pétrole iranien va transiter sans passer par le détroit d’Ormuz

Cet investissement constitue l’installation d’une structure offshore à une distance d’environ 6 kilomètres de la côte de Makran.

L’île de Kharg

L’île de Kharg, située dans le golfe Arabique, est le principal terminal d’exportation de pétrole brut de l’Iran. Pour atteindre Kharg, les pétroliers doivent traverser le détroit d’Ormuz. Avec ce nouveau projet, les pétroliers pourront charger en mer d’Oman.

Le terminal Jack, 2ème plus grand terminal d’exportation iranien

Le terminal Jack est en construction par Pars Oil et Gas Company sur 60 hectares de terrain, pour un total de 260 millions d’euros d’investissement. De plus, ce terminal sera également relié au gazoduc Bushehr.

Le projet Jack deviendra bientôt le 2ème plus grand terminal d’exportation d’Iran.

 

Le pétrole iranien en pleine expansion

La production pétrolière de l’Iran dans les champs du sud a augmenté de 30% au cours des 6 derniers mois. Malgré les réticences américaines, le pétrole iranien s’impose sur le marché énergétique.

La Compagnie pétrolière nationale iranienne du Sud

Cette entreprise nationale a mis en œuvre de nombreux plans visant à augmenter et à maintenir la production. Cela permettra un ajout de 300.000 baril/jour de pétrole à la capacité de production de l’entreprise. Cette dernière est prête à produire autant de pétrole qu’avant l’existence des sanctions.

Malgré un contexte diplomatique compliqué entre les États-Unis et l’Iran, le pétrole iranien connait une hausse importante. L’entreprise nationale est prête à produire toujours autant de pétrole. Finalement, malgré ce rebond énergétique, l’Iran fait encore face aux sanctions et pressions américaines.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

La hausse des prix du pétrole face aux séismes et à la reprise chinoise

Le marché pétrolier a réagi à l’accroissement de la demande en Turquie provoquée par des séismes et à la reprise de la demande chinoise. Les prix du Brent et du WTI ont grimpé, respectivement, de 2,30% et 2,46%. Une situation qui permet aux acteurs du secteur pétrolier d’envisager une reprise favorisant le développement durable.

L’Indonésie approuve $3,07 milliards pour Tuna

L’Indonésie approuve le premier plan de développement du champ gazier offshore Tuna. Avec un investissement total estimé à 3,07 milliards de dollars jusqu’au début de la production. Le projet devrait affirmer la souveraineté de l’Indonésie en mer méridionale, sujette à de nombreuses tensions avec la Chine.

Le Japon maintient ses couvertures d’Assurance du Gaz Russe

Suite à l’annonce de l’arrêt de l’assurance de guerre maritime, des réassureurs britanniques accordent au Japon 30 milliards de yens jusqu’en mars. Il s’agit de sécuriser l’importation de carburant du Japon via Sakhalin-2 en Extrême-Orient russe au plus fort de la demande hivernale.

Le Japon adopte des alternatives au gaz russe

Au Japon, les assureurs de navires ont annoncé qu’ils annulaient la couverture des risques de guerre en Russie, en Ukraine et en Biélorussie. L’annonce intervient à la suite du retrait de la région par les réassureurs face à des pertes importantes.

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)