Masdar veut développer 1,5 GW en Ouzbékistan d’ici 2024

uzbek-1

Masdar a profité de l’inauguration de son premier parc éolien ouzbek, le 4 avril 2021, pour signer des accords d’approfondissement. Parallèlement à l’augmentation de la capacité de ce projet, la firme a notamment annoncé la construction d’un deuxième parc éolien. Sa capacité dans le pays passera de 500 MW à 1,5 GW d’ici 2024.

 

Masdar renforce la coopération Ouzbékistan – Émirats Arabes Unis

En 2016, l’Ouzbékistan et les Émirats (UEA) signent l’Accord de Paris. D’après le vice-Premier ministre ouzbek, Masdar représente un « pont solide reliant nos pays ». En décembre dernier, la firme avait notamment clôturé le financement du premier projet solaire en Ouzbékistan : Nur Navoi (100 MW).

Un projet éolien initial de 500 MW

L’année dernière, l’entreprise d’énergies renouvelables émiratie a conclu des accords avec l’Ouzbékistan afin de développer puis d’exploiter un projet de parc éolien de 500 MW. En plus d’être le premier projet éolien ouzbek, il est également le plus grand parc d’Asie Centrale. Dès son annonce, il attira plus de 600 millions de dollars d’investissements directs à l’étranger (IDE).

Masdar veut tripler ses capacités éoliennes en Ouzbékistan

Masdar souhaite augmenter la capacité de son premier parc, tout en entamant la construction d’un deuxième projet éolien de 500 MW à Zarafshan. Celui-ci devrait entrer en phase d’exploitation commerciale d’ici 2024. Il permettra à Masdar d’atteindre une capacité totale de 1,5 GW en Ouzbékistan.

500.000 foyers alimentés d’ici 2024

Le projet de Zarafshan alimenterait 500.000 foyers et éliminerait 1,1 million de tonnes de Co2 par an. L’Ouzbékistan souhaite d’ici 2030 produire 25% de son mix énergétique grâce aux énergies renouvelables. Pour atteindre cet objectif, la coopération avec Masdar semble dorénavant essentielle.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

L’Indonésie approuve $3,07 milliards pour Tuna

L’Indonésie approuve le premier plan de développement du champ gazier offshore Tuna. Avec un investissement total estimé à 3,07 milliards de dollars jusqu’au début de la production. Le projet devrait affirmer la souveraineté de l’Indonésie en mer méridionale, sujette à de nombreuses tensions avec la Chine.

Le Japon maintient ses couvertures d’Assurance du Gaz Russe

Suite à l’annonce de l’arrêt de l’assurance de guerre maritime, des réassureurs britanniques accordent au Japon 30 milliards de yens jusqu’en mars. Il s’agit de sécuriser l’importation de carburant du Japon via Sakhalin-2 en Extrême-Orient russe au plus fort de la demande hivernale.

Le Japon adopte des alternatives au gaz russe

Au Japon, les assureurs de navires ont annoncé qu’ils annulaient la couverture des risques de guerre en Russie, en Ukraine et en Biélorussie. L’annonce intervient à la suite du retrait de la région par les réassureurs face à des pertes importantes.

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)