Marché du Pétrole: Relance de la Demande en 2021?

Le marché du pétrole a été fortement ébranlé par la Covid-19 en 2020. L'IEA annonce qu'il devrait se rééquilibrer progressivement en 2021.|Le marché du pétrole a été fortement ébranlé par la Covid-19 en 2020. L'IEA annonce qu'il devrait se rééquilibrer progressivement en 2021.
pétrole brésilien

Le marché du pétrole a été fortement ébranlé par la Covid-19 en 2020. L’IEA annonce qu’il devrait se rééquilibrer progressivement en 2021. L’OPEP vient également de dévoiler ses dernières estimations concernant la production et la demande. Egalement, pour la première fois depuis mars 2020, le prix du baril de Brent est repassé au-dessus de 60 dollars. Par conséquent, le contrôle sur le cours du pétrole reste encore un enjeu géopolitique majeur.

 

Marché du pétrole : une reprise progressive de la demande

5,8 Mb/j de demande supplémentaire en 2021 selon l’OPEP

Le marché du pétrole espère enregistrer une hausse de la demande en 2021 d’environ 5.8 Mb/j selon l’OPEP, (5,4 selon l’IEA ; 6,3 Mb/j selon le cabinet Wood Mackenzie). Au total, une demande de 96,1 Mb/j sont attendus (96,4 Mb/j selon l’IEA, 96,7 selon Wood Mackenzie), soit 3 à 4 Mb/j de moins qu’en 2019.

L’IEA, tout en restant prudente, justifie ses projections grâce à la dynamique vaccinale mondiale. Cela dépendra de la capacité logistique des pays à distribuer le vaccin. Elle partage également l’inquiétude face à l’émergence des variants.

L’OPEP enregistre, elle, une demande de brut en janvier 2021 supérieure de 300.000 barils par jour par rapport à décembre 2020. En tout, la demande s’établit à 27,5 Mb/j de brut des pays de l’OPEP, soit environ 5Mb/j de plus que l’année précédente.

En conclusion, la reprise en début d’année devrait rester fragile et devrait plutôt se consolider au second semestre 2021.

 

Augmentation de la production de l’OPEP+

Lors de la crise sanitaire, le prix du baril a fortement chuté. La demande était moins forte à cause de la mise de l’arrêt de l’industrie et des transports, surtout aériens.

Face au surplus des stocks, les pays de membres de l’OPEP+ avaient dû prendre des décisions. Ils s’étaient ainsi engagés à diminuer leur production pour soutenir les cours.

Fin 2020, avec la reprise de la demande, ils ont convenu de réaugmenter leur production cumulée de 0.5Mb/j dès janvier. Ils se sont mis d’accord pour se rencontrer tous les mois afin de réévaluer la situation. Dernièrement, seulement la Russie et le Kazakhstan ont reçu l’autorisation de produire plus en février et mars 2021.

 

Un marché du pétrole imbriqué dans des enjeux géopolitiques

Mais l’OPEP+, surtout la Russie, souhaite reprendre sa production au plus vite par peur d’être devancée par les Etats-Unis. Selon l’IEA, les pays membres de l’OCDE augmentent progressivement leur offre.

En effet, avec le boom du schiste américain en 2014, les rapports de force ont été modifiés. Considérée pendant longtemps comme le maître du jeu, l’OPEP fut ainsi concurrencée par un nouvel acteur. Pour faire face, elle avait conclu des accords avec des états non membres comme la Russie, formant l’OPEP + en 2016.

Fortement bousculé par la crise sanitaire, le marché du pétrole reprend des couleurs. Malgré le coup d’arrêt en 2020, l’appétit des puissances productrices reste encore grand.

Articles qui pourraient vous intéresser

Dernières Nouvelles