Liaison Nemo : revenu d’allocation double en un an

Les revenus de l’allocation de capacité transzonale sur l’interconnexion électrique belge Nemo Link vers le Royaume-Uni ont plus que doublé l’année dernière, selon les données communiquées à l’Ofgem, le régulateur britannique, le 28 mars.

Une hausse des prix sur l’ensemble des liaisons :

Les prix de la capacité sur toutes les liaisons électriques sous-marines vers le Royaume-Uni ont grimpé en flèche l’année dernière, reflétant le resserrement des marges de production et la hausse des coûts du gaz et du carbone.

À 31,04 euros/MWh, le prix de la capacité de décembre 2021 sur la liaison Nemo (de la Belgique au Royaume-Uni) a augmenté de 244 % par rapport au résultat de décembre 2020 (9,00 euros/MWh).

Des hausses de revenus moins extrêmes ont été enregistrées sur la liaison IFA vers la France et sur la liaison EWIC vers la République d’Irlande en raison d’une panne liée à un incendie dans une sous-station du Kent (France) et d’une utilisation réduite suite à la perte du couplage de marché après le Brexit (Irlande).

Le régulateur est tenu de publier un rapport annuel sur les recettes d’interconnexion perçues à partir de l’attribution de la capacité, ainsi qu’une ventilation de l’utilisation réelle des recettes par les gestionnaires de réseaux de transport nationaux.

Les recettes provenant de l’attribution de la capacité transzonale doivent être classées par ordre de priorité afin de maintenir ou d’accroître la disponibilité de la capacité.

“L’Autorité vérifie que les recettes prises en compte pour fixer les tarifs du réseau sont conformes au règlement sur l’électricité retenue”, a déclaré l’Ofgem.

Le Royaume-Uni a importé 27,71 TWh l’année dernière, soit l’équivalent de 10,46 % de la demande britannique, selon les données du système.

Les importations françaises ont représenté 49 % du volume total des importations, suivies par la Belgique (25 %), les Pays-Bas (15 %) et la Norvège (6 %). L’Irlande et l’Irlande du Nord ont fourni 5,10 %.

À compter du 1er janvier 2021, les interconnexions électriques du Royaume-Uni ont cessé de participer aux plateformes dédiées au marché unique de l’UE, les échanges passant d’enchères implicites à des enchères explicites, organisées par le Joint Allocation Office.

Le 22 janvier, l’interconnexion électrique IFA2 de 1 GW entre la France et le Royaume-Uni est entrée en service.

L’interconnexion NSL de 1,4 GW avec la Norvège est entrée en service en octobre 2021 à la moitié de sa capacité. Malgré cela, les recettes ont dépassé les 70 millions de GBP pour le dernier trimestre.

Articles qui pourraient vous intéresser

favicon-white.png
Pas encore inscrit? Rejoignez la communauté des professionnelles de l’énergie et accédez à l’ensemble de nos contenus. >>>