L’European Investment Bank soutient le Solaire Burkinabè

 

L’European Investment Bank (EIB) a décidé de soutenir économiquement le Burkina Faso dans son combat contre le dérèglement climatique. Grâce à une aide de 38,5 millions d’euros, la EIB souhaite accompagner le développement du solaire dans le pays. En réalité, le pays est déjà en proie à une forte insécurité énergétique, mais aussi à l’instabilité politique et aux crises sanitaires à répétition. 

 

L’European Investment Bank soutient le Burkina Faso contre l’insécurité énergétique

 

Une aide de 38,5 millions d’euros pour Sonabel

L’European Investment Bank, avec cet aide de 38,5 millions d’euros, souhaite développer les énergies renouvelables au Burkina Faso. L’objectif est que le pays se développe directement vers un modèle plus propre. En ce sens, le pays peut s’appuyer sur le solaire grâce à la centrale de Sonabel, la compagnie d’électricité nationale. Avec l’aide de l’EIB, sa capacité de production passera de 37 MW à 50 MW.

Cette somme permettra ainsi d’approvisionner l’ensemble des Burkinabè en électricité (seulement 20% en 2020). Beaucoup de personnes ne sont pas rattachées à l’ensemble du réseau. Ceux qui le sont, eux, subissent de nombreuses coupures, même dans les grandes villes.

Par ailleurs, le pays est très dépendant de l’extérieur pour son électricité. Il en importait déjà au moins 30% du Ghana et de Côte d’Ivoire en 2017. Le programme adopté de 70,5 millions d’euros devient plus qu’urgent face à la situation.

 

À lire sur energynews.fr : La Banque Africaine de Développement soutient l’accès à l’Énergie des Réfugiés du Burundi

 

Soutenir face aux enjeux climatiques

Outre les défis énergétiques, le Burkina Faso doit aussi faire face aux aléas climatiques. L’Afrique est le continent le plus touché par le réchauffement planétaire, notamment dans la bande sahélienne. En septembre 2020, des crues ont ravagé plus de 24.000 logements et la capitale Ouagadougou fut particulièrement touchée.

L’EIB apporte ainsi son savoir-faire pour protéger les habitations des inondations avec l’édification de canaux d’évacuation. Ces évènements désastreux ont pointé du doigt des défauts d’urbanisme et de nombreux progrès restent à faire dans ce domaine.

 

Soutenir face aux enjeux sanitaires et sécuritaires

AU Burkina Faso, les populations sont encore vulnérables aux maladies infectieuses comme le paludisme et la tuberculose. La crise de la Covid-19 accroit encore les inégalités, avec un accès difficile aux vaccins malgré le programme COVAX.

La situation est d’autant plus fragile à cause de l’instabilité géopolitique du pays. Ce dernier se situe dans la zone des « trois frontières », épicentre de la violence au Sahel. Il est ainsi touché depuis plusieurs années par de nombreux attentats terroristes.

 

À lire sur energynews.fr : Les ressources du Sahara Occidental au cœur des conflits et enjeux internationaux

 

L’EIB joue un rôle important contre le dérèglement climatique

 

« Accélérer l’action climatique dans la région du Sahel »

Sur le long terme, l’EIB aspire à jouer un rôle important en Afrique. Le vice-président de l’EIB Ambroise Fayolle a déclaré à ce sujet qu’il fallait « soutenir le développement durable et accélérer l’action climatique dans la région du Sahel ».

A cet égard, le projet de Grande Muraille Verte de l’Union Africaine s’inscrit dans cette vision. 100 millions d’hectares de terres sahéliennes doivent être restaurées, plus de 14,3 milliards d’euros investis par différents acteurs au rang desquels se trouve l’EIB.

L’EIB est également soutenue par l’Agence Française du Développement (AFD) et l’Union Européenne (UE). L’ambassadeur de l’UE au Burkina Faso, Wolfram Vetter a ainsi réitéré sa « volonté de renforcer la coopération avec ses partenaires africains ».

 

24 milliards d’euros dans le climat en 2020

En 2020, l’EIB a investi plus de 24 milliards d’euros dans des projets de lutte contre le dérèglement climatique. C’est donc, à l’échelle mondiale, l’un des principaux bailleurs de fonds en la matière.

Elle s’est également engagée à aider l’Europe à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. En ce sens, elle veille fortement à l’application du plan décidé lors de la Conférence de Paris en 2015.

Par ses investissements, l’EIB joue un rôle considérable pour aider les pays africains à assurer leur transition énergétique. Les enjeux ne sont pas seulement climatiques, ils sont aussi politiques, sanitaires et sécuritaires. L’avenir de la région est en jeu.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dernières Nouvelles