L’Europe Piégée par sa Dépendance à Moscou

L'Europe souffre de l'envolée des prix du gaz et du pétrole et de sa dépendance énergétique à l'égard de Moscou.
Europe_EnergyNews

En pleine crise énergétique, l’Europe souffre de l’envolée des cours du gaz, quand ceux du pétrole semblent enfin freiner, ces deux marchés qui paraissent intimement corrélés prenant désormais des directions opposées.

“Même s’ils sont souvent affectés par les mêmes événements économiques”, le gaz et le pétrole “sont des marchés très différents”, explique à l’AFP Alex Munton, du groupe Rapidan Energy.

Dans un élan commun causé par l’invasion russe de l’Ukraine, les deux références du pétrole avaient atteint début mars des sommets plus vus depuis la crise financière de 2008, tandis que le gaz naturel européen culminait à son record historique de prix. Depuis les niveaux records de l’inflation et les craintes de récession ont jeté un froid sur les cours en risquant notamment de détruire la demande.

Les deux références mondiales du brut ont enregistré leur première baisse de prix mensuelle en juin pour 2022. Le Brent de la mer du Nord a perdu près de 10% et son homologue américain le WTI plus de 16% depuis le 1er juin. Mais côté gaz, les craintes de ruptures de l’approvisionnement occupent le devant de la scène depuis des semaines. Sur la même période, le prix du gaz naturel européen de référence, le TTF néerlandais a bondi de plus de 90%.

“Le monde a vraiment été (…) bercé d’illusions en croyant que l’offre était abondante et que les prix du gaz resteraient très bas”, affirme Alex Munton, assurant que la rapidité avec laquelle le marché s’est resserré fin 2021, sur fond de tensions géopolitiques entre la Russie et l’Occident, a été une grande surprise.

– “Structurellement inflationniste” –

La Russie fournit environ 40% des importations de gaz européennes. “Il n’est donc pas surprenant qu’elle ait commencé à faire du chantage sur ce marché”, lance Georgi Slavov, analyste chez Marex.

Si l’Union européenne s’est accordée sur une réduction de 90% de ses importations de brut russe d’ici fin 2022, “il est beaucoup plus difficile d’arrêter le gaz russe, car la construction de nouvelles infrastructures de gazoducs prend des années”, argue M. Slavov.

L’Europe se retrouve piégée par sa dépendance à Moscou. Bill O’Grady, de Confluence Investment, décrit un mouvement débuté dans les années 80 d’éloignement de la diversification des sources d’énergie, pour se spécialiser dans ce qui se fait de moins cher.

“Dans un monde sûr, c’est un comportement très rationnel. Dans un monde qui n’est pas sûr, c’est de la folie”, souligne-t-il, jugeant ce système

“structurellement inflationniste”.

Les deux matières premières ne sont par ailleurs substituables qu’à la marge, le gaz étant principalement utilisé pour le chauffage, produire de l’électricité et dans l’industrie lourde comme pour la fabrication de ciment ou de produits chimiques, quand le pétrole sert majoritairement dans le secteur du transport comme carburant.

– Arme test –

Moscou a rouvert jeudi le robinet du gaz vers l’Europe en redémarrant le gazoduc Nord Stream, un approvisionnement vital pour la sécurité énergétique de l’UE, les pays du Vieux Continent s’efforçant de remplir leurs réserves pour l’hiver. Les livraisons ont repris à un débit identique à celui d’avant maintenance, autour de 40% des capacités du gazoduc.

Mais “l’ensemble du système énergétique européen traverse une crise”, et les prix du gaz sont partis pour rester élevés, assène Karolina Siemieniuk, analyste chez Rystad Energy. Même avec le redémarrage de Nord Stream 1, le Vieux Continent se trouve dans une position délicate “avec un risque permanent pour la sécurité énergétique”, affirme-t-elle.

Pour Robert Yawger, les ruptures d’approvisionnements de gaz pourraient prochainement avoir des implications pour le pétrole. Le danger, selon l’analyste, est que si la Russie coupe les flux de gaz naturel, elle pourrait également “fermer les robinets de pétrole brut” mettant en difficulté grande partie de l’Europe de l’Est.

Une hypothèse partagée par Abhi Rajendran d’Energy Intelligence, qui pense que des interruptions d’approvisionnement pourraient même intervenir avant la mise en place effective de l’embargo européen sur l’or noir russe. “Si l’approvisionnement doit être coupé, pourquoi ne pas prendre les devants?”.

Articles qui pourraient vous intéresser