Les Raffineries Allemandes s’adaptent

Les raffineries allemandes cherchent des alternatives au pétrole russe. Certaines passent alors sous le contrôle du gouvernement.
raffinerie

Les opérateurs des raffineries allemandes sont en quête d’alternatives aux hydrocarbures russes. Le but affiché est de s’affranchir de la dépendance au pétrole russe d’ici la fin de l’année. L’enjeu est de taille pour le plus vaste marché pétrolier de l’Union européenne.

La solution de la nationalisation des raffineries sous contrôle russe

Selon les chiffres officiels, l’Allemagne a importé plus d’un tiers de son brut de Russie l’année dernière. En avril, le maire de Berlin, Franziska Giffey, s’inquiétait déjà de l’importance de la raffinerie de Schwedt dans l’approvisionnement en pétrole du pays. La législation allemande autorise la prise de contrôle de sociétés étrangères en situation d’urgence.

L’Allemagne a ainsi placé la raffinerie de Schwedt, anciennement sous contrôle de la société russe Rosneft, sous tutelle de l’État. C’est également le cas de la raffinerie de Leuna approvisionnée en pétrole russe, via le pipeline de Druzhba.

La fin de la dépendance au pétrole Russe ?

Le gouvernement collabore désormais avec un producteur d’énergie en Pologne et est en pourparlers avec le Kazakhstan afin de trouver des substituts au pétrole russe. TotalEnergies a également fait part de sa volonté d’en finir avec sa dépendance vis-à-vis du pétrole russe dès que possible.

La raffinerie Miro, partiellement détenue par Rosneft et également sous tutelle de l’État, s’approvisionne en brut via le pipeline transalpin (TAL). Celui-ci part du port méditerranéen de Trieste jusqu’à Karlsruhe en passant par la Bavière.

Le gouvernement allemand a aussi nationalisé Varo Energy, qui détient des parts dans la raffinerie Bavaroise Bayernoil. La compagnie localisée en Bavière a indiqué s’approvisionner auprès d’autres fournisseurs que la Russie.

L’Allemagne a reçu 32% de son pétrole brut de Russie entre janvier et juin, contre 40% avant l’invasion, selon les chiffres du BAFA. En juin, la part des importations russes de pétrole ne s’élevait plus qu’à 24%. La majorité du pétrole transite via Rotterdam mais l’Allemagne utilise également les infrastructures du port de la Mer du Nord de Wihelmshaven.

Articles qui pourraient vous intéresser