Le Retard de l’Éolien en France s’Accentue

Le déploiement de l’éolien terrestre en France devrait encore accentuer son retard cette année, malgré l’installation de capacités nouvelles.
Alliance éolien GOWA

Le déploiement de l’éolien terrestre en France devrait encore accentuer son retard cette année, avec l’installation de capacités nouvelles très en-deçà du niveau nécessaire à la tenue des objectifs énergétiques du pays, indique mardi un bilan du secteur.

Deuxième source d’électricité renouvelable en France après l’hydraulique, l’éolien a fourni 36,8 térawattheures (TWh) en 2021, soit 7,7% de la consommation française, indique l’Observatoire de l’éolien, produit chaque année par France énergie éolienne (FEE) avec CapGemini.

En 2021, 1.200 mégawatts (MW), soit 418 éoliennes, ont été installés, et en 2022 ce sera environ 1.350 MW: loin des 1.900 MW annuels qu’il faudrait en moyenne pour tenir l’objectif, voté par le Parlement, de 34 gigawatts (GW) en 2028.

A ce jour, la France affiche une capacité d’un peu plus de 20 GW (environ 9.000 éoliennes).

L’année 2022 aura pourtant été marquée par l’ouverture du premier parc éolien en mer, face à Saint-Nazaire, soit 480 MW pour alimenter environ 700.000 personnes, l’équivalent d’un peu moins de la moitié d’un des réacteurs nucléaires les plus récents. Deux autres parcs marins devraient entrer en
production, en 2023 et fin 2023-début 2024.

“A un moment où la France manque d’électricité et doit en importer, il est impératif d’accélérer”, souligne Michel Gioria, délégué général de FEE, relevant que seuls l’éolien terrestre, le photovoltaïque et le biogaz seront à même de produire plus d’énergie à très court terme, avant 2025.

En 2022 et 2023, le secteur éolien devrait en outre, par contrat, reverser quelque 7,6 milliards d’euros sur les deux années à l’Etat, du fait des prix élevés du marché. Si la tendance se poursuit, il aura ainsi remboursé toutes les aides reçues depuis 2001, note FEE.

Sur fond de crise énergétique inédite, le gouvernement a publié fin septembre une circulaire aux préfets leur demandant d’accélérer le traitement des dossiers d’énergies renouvelables, et un projet de loi visant à soutenir le déploiement de ces infrastructures.

Pour l’instant, l’effet de la circulaire ne se mesure pas encore pour les 4,5 GW de projets en fin d’instruction et en attente d’autorisation, note FEE.

Le secteur souligne aussi le “déficit structurel de moyens humains dans les services de l’Etat pour instruire des projets”, qui souvent font plus de 2.000 pages.

A ce stade, le projet de budget 2023 prévoit le financement de 15 agents, quand il en faudrait une centaine, souligne M. Gioria, pour qui “ce n’est pas anecdotique: la France est forte pour définir des objectifs, mais la mise en oeuvre souffre d’un manque de moyens”.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Battolyser mise sur Rotterdam

Battolyser, installera sa première usine dans le port Rotterdam aux Pays-Bas pour répondre à la demande en hydrogène renouvelable. 

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)