Le Pétrole Russe Domine toujours en Chine

En Chine, le pétrole russe reste un choix privilégié. Si les importations chinoises de pétrole ont diminué en juillet, la Russie reste le premier fournisseur de pétrole du pays pour le 3ème mois consécutif.
pétrole russe

Le pétrole russe reste dominant sur le marché chinois du brut. D’après les données douanières, les importations ont encore grimpé en juillet. Par ailleurs, la Russie reste le premier fournisseur de pétrole en Chine pour le troisième mois consécutif.

Augmentation des importations de pétrole russe

La Russie a importé 7,15 millions de tonnes de pétrole en juillet 2022. Il s’agit d’une hausse de 7,6% en glissement annuel. L’offre de pétrole russe de juillet avoisine 1,68 million de barils par jour. Néanmoins, c’est moins qu’en mai. Elle atteignait alors 2 millions de barils par jour.

Les importations chinoises de pétrole en provenance d’Arabie saoudite ont également repris en juillet. Elles atteignent 6,56 millions de tonnes, soit 1,54 million b/j. Cependant, ces chiffres restent inférieurs à ceux de juillet 2021. Ainsi, par rapport à 2021, les importations de pétrole en provenance d’Arabie saoudite ont diminué de 1%.

À l’inverse, les importations de pétrole russe sont en hausse de 4,4%. La Russie reste alors le premier fournisseur de la Chine, pour le 3ème mois consécutif. Pour autant, il faut noter que les importations de pétrole brut de la Chine ont chuté de 9,5 % en glissement annuel.

Les volumes quotidiens affichent d’ailleurs le chiffre le plus bas des quatre dernières années. Il s’agit d’une conséquence de l’épidémie de la COVID-19 et du ralentissement de l’économie mondiale. Les raffineurs ont alors réduit leurs stocks et la demande intérieure de carburant reprend plus lentement que prévu.

Reconfiguration du marché mondial du brut

Néanmoins, on observe une reconfiguration du marché mondial du pétrole brut. Les importations de pétrole russe ont ainsi évincé les offres concurrentes de l’Angola et du Brésil. Elles ont respectivement chuté de 27% et de 58% en glissement annuel.  Par ailleurs, la Chine n’importe pas de pétrole en provenance de l’Iran et du Venezuela. Le pays craint les sanctions américaines.

En parallèle, on s’aperçoit cependant que les importations de pétrole depuis la Malaisie ont grimpé de 183% sur l’année. Pour rappel, elles étaient utilisées comme point de transfert, ces deux dernières années, pour le pétrole provenant d’Iran et du Venezuela.

Ainsi, les importations malaisiennes de juillet atteignent 3,34 millions de tonnes. Il s’agit d’une hausse considérable par rapport aux 2,65 millions de tonnes de juin.

Ainsi, après l’invasion russe de l’Ukraine, la géopolitique du pétrole semble en pleine reconfiguration. Malgré des sanctions occidentales, la Russie parvient à écouler son pétrole et ses importations sont même en hausse.

Articles qui pourraient vous intéresser

Dernières Nouvelles
Pas encore inscrit? Rejoignez la communauté des professionnelles de l’énergie et accédez à l’ensemble de nos contenus. >>>