La Corée du Sud se détourne du Pétrole Russe

En Corée du Sud, les importations de pétrole et le raffinage sont en hausses. Néanmoins, le pays se détache du pétrole russe.
Corée du Sud

En Corée du Sud, les importations de brut et les exportations de distillats moyens devraient poursuivre leurs hausses en juin. Les raffineurs continuent de maximiser leurs taux d’exploitation afin de profiter de produits lucratifs.

Maintien des capacités de raffinage

En Corée du Sud, l’explosion dans le complexe de raffinage de S-Oil Corp, à Ulsan, devrait avoir un impact minimal. Cet incident aura des conséquences négligeables sur les capacités de raffinage du pays et la demande de pétrole brut. L’entreprise maintient ses opérations dans l’ensemble du processus de distillation.

Les importations de pétrole brut du pays augmentent de 10,7 % en glissement annuel, atteignant 84,25 millions de barils. Ainsi, il s’agit du septième mois consécutif d’augmentation en glissement annuel. De janvier à avril, les importations sont en hausse de 12 % en glissement annuel, atteignant 343,88 millions de barils.

Augmentation des marges de raffinage

En Corée du Sud, les raffineurs augmentent le débit de brut afin d’obtenir de solides marges. Ainsi, les importations de matières premières de raffinage devraient atteindre 505 millions de barils au cours du premier semestre 2022. Cela représente une hausse de 7,9 % comparée aux 468,2 millions de barils de la même période, en 2021.

En augmentant le débit de brut, les raffineurs sud-coréens augmentent la production de diesel pour l’exportation. L’objectif est de maximiser leurs profits dans un contexte de pénurie mondiale d’approvisionnement. Ainsi, les stocks de produits raffinés augmentent de 9,8 % en glissement annuel pour atteindre 70,62 millions de barils fin mars.

Importations de pétrole américain en hausse

En avril, la Corée du Sud voit les importations du brut en provenance des États-Unis augmenter. Elles atteignent 10,95 millions de barils, soit une hausse de 18,9 % en glissement annuel. Il s’agit du treizième mois consécutif de hausse des importations en provenance des États-Unis.

De janvier à avril, les importations américaines de brut augmentent de 44,6 % en glissement annuel. Elles atteignent 49,93 millions de barils. L’année dernière les importations américaines de brut représentaient 34,54 millions de barils à la même période.

Fin de l’approvisionnement russe

La Corée du Sud poursuit ses efforts pour réduire les importations de brut en provenance de la Russie. Les raffineurs souhaitent éviter les complications d’ordre commerciales, logistiques, juridiques et financières. Ainsi, le brut léger américain constitue l’alternative la plus intéressante pour remplacer l’approvisionnement russe.

Parallèlement, les importations de brut en provenance d’Arabie saoudite progressent. En avril, elles augmentent de 25,7 % en glissement annuel, atteignant 27,26 millions de barils. Ainsi, l’Arabie saoudite est le principal fournisseur de la Corée du Sud.

Articles qui pourraient vous intéresser

UE hydrogène renouvelable

L’Union Européenne Soutient l’Hydrogène

L'Union européenne va financer l'hydrogène renouvelable dans un projet porté par les groupes Enel Green Power et Saras. Situé en Sardaigne, celui-ci va bénéficier d'un financement public dans le cadre de l'IPCEI Hy2Use. L'initiative soutient les meilleurs projets liés à l'hydrogène. Un mécanisme de financement européen L'Union européenne officialise son second projet dans le cadre de l'Important Projects of Common European Interest (IPCEI). Baptisé "IPCEI Hy2Use", ce dernier autorise les états à financer des projets au-delà des limites fixées par la législation. Doté de €5,2 milliards de financements publics, ce projet concerne 13 États membres et l'Union européenne. L'Union européenne souhaite soutenir 35 projets prévus par 29 entreprises, dont l'Italie. Ainsi, Quatre entreprises italiennes admises recevront un total de €500 millions. Les projets sélectionnés concernent l'infrastructure de l'hydrogène, un segment dans lequel opèrent Enel Green Power et Saras. SardHy Green Hydrogen remporte le financement Né d'un projet commun entre Enel Green Power et de Saras, SardHy Green Hydrogen obtient le financement de l'Union européenne. L'initiative devrait voir la société installer un électrolyseur de 20 MW sur le site industriel de Sarroch. L'installation, alimentée exclusivement par l'énergie renouvelable d'Enel Green Power, servira à produire de l'hydrogène renouvelable pour la raffinerie de Saras. L'objectif...