La biomasse pour en finir avec le charbon ?

La France veut développer un nouveau combustible biomasse pour remplacer le charbon encore utilisé dans son industrie.
granulé biomasse

Aujourd’hui, aucun substitut de biomasse au charbon n’a atteint le stade industriel. Pourtant, l’utilisation de granulés de biomasse permet de réduire considérablement les émissions de gaz lors de la combustion. Le gouvernement français lance donc un appel à manifestation (AMI) pour découvrir une solution prometteuse à soutenir.

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, déclare :

“Le charbon ne constitue plus qu’une part très marginale des énergies fossiles utilisées en France. Il a vocation à être définitivement remplacé par des énergies décarbonées. Les granulés de biomasse constituent une voie qu’il faut pleinement explorer”.

Le gouvernement français est clair. L’ambition de la neutralité carbone en 2050 implique de se passer au maximum des énergies fossiles. L’objectif de cette consultation consiste à trouver un remplaçant au charbon dans l’industrie et les chaufferies où il est très présent. C’est le cas de la centrale de Cordemais de 1200MW utilise encore du charbon.

L’AMI pour un combustible biomasse doit se tenir du 17 au 26 février 2022.

La biomasse, une solution contraignante.

Depuis 15 ans, de nombreux projets de combustibles biomasses ont vu le jour, mais tous se sont heurtés à des limites. En cause, des verrous technologiques  limitant l’emploi des différents biocombustibles proposés,  tandis que le charbon est polyvalent. Enfin, la plupart des projets n’ont pas réussi à dépasser le stade expérimental, faute d’organisation à l’échelle nationale.

Pour dépasser ces difficultés, le gouvernement français limite sa recherche à des initiatives ayant atteint une capacité préindustrielle. Cela requiert un minimum de production de 80 000 tonnes de granulés de biomasse par an. D’autre part, le projet doit être réalisable à court ou moyen terme.

Enfin la France promet, avec cet AMI, de mettre en place une synergie nationale dans la collecte des déchets utiles. En effet, de nombreux biocombustibles innovants se heurtent à des difficultés d’approvisionnement, ce qui les empêche d’atteindre une capacité industrielle.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)