Industrie pétrolière : de nouveaux accords pour Pétrobas

L’industrie pétrolière a subi un coup d’arrêt en décembre 2018 au Brésil. En effet, les autorités de Brasília avaient sanctionné les entreprises Vitol, Trafigura, et Glencore sur des allégations de corruption. La compagnie pétrolière brésilienne Petroleo Brasileiro, controlé et sanctionné par l’Etat, avait alors arrêté toutes transactions avec ces sociétés. Depuis le mois de juin, cependant, cette dernière a annoncé vouloir reprendre les transactions avec ses anciens partenaires.

Une industrie pétrolière corrompue

Selon les procureurs du pays, les négociant des grandes sociétés pétrolières auraient versé des pots-de-vin d’au moins 31 millions de dollars US à des initiés, des négociants et des employés de Petrobras en échange de contrats pétroliers. Les autorités suisses ont perquisitionné les bureaux des sociétés commerciales à Genève pour corroborer ces allégations. L’ « Opération Car Wash » a, donc, permis de réduire la corruption au sein de l’industrie pétrolière. Le gouvernement américain a emboité le pas à son voisin brésilien en ouvrant sa propre enquête.

La mise en place d’une politique zéro corruption

Vitol, Trafigura et même Glencore ont affirmé qu’ils appliquaient une « politique de tolérance zéro en matière de corruption » et coopéraient avec les autorités.

« Toute suggestion selon laquelle la direction actuelle de Trafigura savait que ses paiements seraient utilisés pour effectuer des paiements indus aux employés de Petrobras n’est pas correcte ».

L’entreprise Petrobas a aussi restructuré ses services pour éviter que ces infractions se reproduisent. La société a, notamment, standardisé et amélioré le suivi des négociations, des appels aux messages, institué des procédures « Connaissez votre client » et effectué des contrôles d’intégrité de ses négociants. Cette dernière a alors pu reprendre ses activités commerciales.

« Après une période de suspension temporaire avec les sociétés citées, la société a repris ses activités après avoir adopté et perfectionné une série de mesures spécifiques destinées à apporter plus de sécurité à la relation commerciale ».

Un contrat FPSO en négociation avec SBM Offshore

La compagnie Petrobras est actuellement en pourparler avec l’entreprise néerlandais SBM Offshore pour conclure un contrat en vue d’affréter une unité flottante de production, de stockage et de déchargement (FPSO). Celui-ci, nommé Almirante Tamandaré, sera installé dans le champ de Búzios, dans le bassin de Santos au large du Brésil. Ce sera le 6 ème à être installé dans cette zone.

Une capacité de production de 225 000 barils de pétrole

Ce FPO pourrait produire environ 12 millions de mètres cubes de gaz par jour, ce qui fait de lui la plus grande unité de production de pétrole sur la côte brésilienne. L’unité devrait commencer à produire du pétrole au cours du second semestre 2024.

Deux autres unités de FPSO en construction

Les unités P-78 et P-79, situé dans le même champs, seront louées par le biais d’un appel d’offres dans la modalité ingénierie, approvisionnement et construction (EPC). Chaque plate-forme aura la capacité de traiter 180 000 barils de pétrole et 7,2 millions de m3 de gaz par jour, et devrait entrer en service en 2025 selon Pétrobas.

« Ces deux unités sont le résultat de la stratégie de Petrobras qui consiste à développer de nouveaux projets de ses propres plates-formes, en intégrant les enseignements tirés des FPSO déjà installés dans le pré-sel, y compris les aspects de passation de marchés et de construction”. “Les deux autres unités qui seront installées à Búzios, les FPSO P-78 et P-79, feront l’objet d’un contrat par appel d’offres ».

SBM Offshore leader de la technologie FPSO

Pour la société Petrobas « seule la SBM a la capacité de répondre aux exigences techniques, opérationnelles et de disponibilité de la compagnie » . Celle-ci développe d’ailleurs une autre structure FPSO Sepetiba, qui sera déployé sur le grand champ pétrolier Mero du bassin de Santos. Cette installation sera loué à Petrobras pour une période de 22,5 ans. Au mois d’août le FPSO était achevé à 25 % selon le rapport de SBM. L’entreprise fournie actuellement sept FPSO opérant au Brésil.

Articles qui pourraient vous intéresser

favicon-white.png
Pas encore inscrit? Rejoignez la communauté des professionnelles de l’énergie et accédez à l’ensemble de nos contenus. >>>