Hywind Scotland en Exploitation depuis 5 années

Hywind Scotland le premier parc éolien offshore flottant au monde d'Equinor célèbre ses cinq ans d'exploitation. 
Hywind Scotland éolien

Hywind Scotland, situé au large de Peterhead, en Écosse, est le premier parc éolien offshore flottant au monde. De plus, le parc est le plus performant, atteignant un facteur de capacité de 54% sur ses cinq années d’exploitation. En outre, aucun accident n’intervenait depuis 2017 en raison du respect des normes de sécurité.

Avec une capacité de 30MW générée par 5 turbines, Hywind Scotland utilise le concept de sous-structure à longerons flottants Hywind. Le parc éolien génère suffisamment d’électricité pour alimenter l’équivalent de 34.000 foyers britanniques. Equinor mûrit de nouvelles opportunités pour développer l’éolien offshore flottant dans le monde entier.

Le prochain projet éolien flottant d’Equinor, Hywind Tampen, livrait la première puissance plus tôt cet automne. Une fois opérationnel en 2023, Equinor exploitera environ la moitié de la capacité mondiale totale d’éolien flottant. William Munn, directeur de l’usine de Hywind Scotland chez Equinor, déclare:

“L’exploitation du projet Hywind Scotland au cours des cinq dernières années a informé Equinor de certains des défis uniques associés à un parc éolien flottant et des récompenses si nous réussissons. En raison de son emplacement et des conditions météorologiques difficiles qu’il rencontre, Hywind Scotland est exposé à des vitesses de vent plus élevées que celles que l’on voit généralement sur un parc éolien à fond fixe, mais doit également résister à de grosses vagues, tout en continuant à produire de l’électricité avec des hauteurs de vagues de 10 mètres. En raison de l’environnement, des méthodes d’exploitation et de maintenance uniques ont été nécessaires, comme un navire de transfert d’équipage (CTV) haute performance qui peut poursuivre les opérations dans des conditions de transfert supérieures à la norme.”

Un modèle unique

Pour entretenir le parc éolien, Equinor mettait en place un modèle unique d’exploitation et de maintenance (O&M). En effet, il implique le perfectionnement des techniciens éoliens terrestres pour entretenir les éoliennes dans un environnement offshore flottant. Steinar Berge, responsable de l’éolien flottant chez Equinor déclare:

“Equinor est l’opérateur et le développeur d’éoliennes flottantes le plus expérimenté au monde, et il s’appuie sur les leçons apprises de Hywind Scotland pour en tirer des opportunités mondiales. Nous avançons dans nos projets de développement de projets supplémentaires, notamment en Corée du Sud, en Australie, en France, en Espagne, en Californie, dans la mer Celtique au Royaume-Uni et en Norvège. Hywind Scotland offre à Equinor une forte confiance dans la technologie éolienne offshore flottante et nous permet de faire avancer des projets encore plus importants avec une base opérationnelle solide, nous rapprochant ainsi de l’objectif ultime d’industrialisation et de commercialisation de l’éolien flottant.”

Equinor fait progresser les initiatives environnementales du projet Hywind Scotland. En effet, l’entreprise collabore avec la Direction du gouvernement écossais, Marine Scotland. L’objectif est de mieux comprendre comment les pêcheurs peuvent opérer en toute sécurité autour et dans les parcs éoliens offshore flottants.

D’autres initiatives incluent l’installation d’une bouée SailBuoy autonome. L’objectif est de cartographier la présence de poissons et la quantité de poissons avec des capteurs acoustiques. De plus cela permettrait de tester une nouvelle méthode d’analyse de l’ADN environnemental (eDNA) à Hywind Scotland.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

 Le pétrole recule encore, la Chine dans le viseur

Les prix du pétrole poursuivaient leur recul mercredi, les inquiétudes autour de la situation sanitaire de la Chine s’intensifiant alors que la deuxième économie mondiale est en proie à une importante vague de covid.

Le Japon maintient ses couvertures d’Assurance du Gaz Russe

Suite à l’annonce de l’arrêt de l’assurance de guerre maritime, des réassureurs britanniques accordent au Japon 30 milliards de yens jusqu’en mars. Il s’agit de sécuriser l’importation de carburant du Japon via Sakhalin-2 en Extrême-Orient russe au plus fort de la demande hivernale.

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)