Han-Ho Hydrogen Consortium arrive en Australie

Le Han-Ho Hydrogen Consortium ambitionne de produire de l'ammoniac vert dans le Queensland, en Australie. Il sera ensuite exporté vers la Corée du Sud. Une décision finale d'investissement est attendue vers 2027.
Han-Ho Hydrogen Consortium_energynews

Le Han-Ho Hydrogen Consortium veut développer un hub d’énergie renouvelable dans le Queensland, en Australie. Le consortium, lancé pat Korea Zinc, Hanwha Impact Corp et SK Gas, entend produire 1 million de tonnes d’ammoniac vert d’ici 2032. Celui-ci serait alors destiné à l’exportation.

Le Han-Ho Hydrogen Consortium ambitionne, de fait, de construire 3 GW de capacité d’énergie renouvelable à Collinsville. L’électricité alimentera des électrolyseurs produisant de l’hydrogène renouvelable. Ce dernier servira à produire de l’ammoniac destiné à la Corée du Sud. Le coût d’un tel projet n’a pas été estimé.

Le Han-Ho Hydrogen Consortium veut produire de l’ammoniac

L’ammoniac vert est considéré comme étant un pilier de la transition énergétique. D’ailleurs, dans les années à venir, sa demande devrait exploser. De fait, il permettrait de remplacer le charbon pour la production d’électricité. De plus, il permet d’acheminer de l’hydrogène renouvelable, qui pourrait alors décarboner les transports mais aussi l’industrie de l’acier.

Yun B. Choi, vice-président de Korea Zinc, se réjouit d’une telle opportunité. Il déclare:

“Nous sommes impatients de travailler avec nos partenaires pour libérer le potentiel de l’Australie à devenir un producteur et un exportateur à grande échelle d’hydrogène renouvelable et de ses dérivés, y compris l’ammoniac vert.”

Afin de réduire les coûts de l’hydrogène renouvelable et de l’ammoniac vert, il est essentiel de pouvoir produire directement l’énergie nécessaire. De fait, le coût de l’énergie représente quelque 50% du coût des produits. Ainsi, Ark Energy, branche de Korea Zinc basée dans le Queensland, souligne le rôle majeur des 3 GW prévus.

Daniel Kim, directeur général d’Ark Energy, explique:

“L’ampleur de ce projet est sans précédent, mais il est absolument fondamental pour soutenir la production à l’échelle industrielle d’hydrogène renouvelable en tant que matière première pour les exportations d’ammoniac vert.”

Toutefois, de nombreux défis attendent le Han-Ho Hydrogen Consortium. Il doit prendre une décision finale d’investissement en 2027 ou en 2028. Suite à celle-ci, la construction devrait durer 4 ans.

Articles qui pourraient vous intéresser