Eolien: abandon d’un projet flottant pilote au large de Belle-Ile

Shell qui, avec deux partenaires, devait installer au large de Belle-Ile-en-Mer un site pilote d’éoliennes flottantes, a décidé d’abandonner.
Belle-Ile éolien

Shell qui, avec deux partenaires, devait installer au large de Belle-Ile-en-Mer un site pilote d’éoliennes flottantes, a décidé d’abandonner, en raison de la hausse des coûts et de difficultés liées aux fournisseurs, selon une information des Echos, confirmée à l’AFP par le groupe pétrolier.

Ce projet de 300 millions d’euros était porté par un consortium réunissant Shell, avec la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et le chinois CGN.

Il devait permettre de tester trois éoliennes flottantes, technologie vue comme l’avenir de l’éolien en mer car permettant d’installer des parcs plus en profondeur, donc notamment plus loin des côtes, que les éoliennes rivées dans le plancher marin.

Trois autres fermes pilotes flottantes sont annoncées en France, toutes en Méditerranée. Ainsi par exemple, les flotteurs du projet prévu au large de Port-St-Louis-du-Rhône (Bouches-du-Rhône) ont-ils été dévoilés lundi.

Mais le projet breton s’est heurté à deux écueils: le retrait du turbinier General Electric, qui devait fournir les éoliennes de 6 mégawatts (MW) mais s’est recentré sur la fabrication d’équipements aujourd’hui plus puissants, puis du fabricant de flotteurs Naval Group, qui a cédé son activité éolien flottant, écrit Les Echos.

Combiné à la hausse des coûts généralisée et à la crise de l’énergie, cela ne permettait plus de construire un modèle économique soutenable, ajoute l’article, dont Shell a confirmé le contenu.

Shell avait repris le projet en 2019 en rachetant la société Eolfi, ex-filiale de Veolia et pionnier de l’éolien flottant.

La France, qui doit inaugurer dans quelques jours son tout premier parc éolien (80 éoliennes posées sur le fond) face à Saint-Nazaire, compte sur la technologie flottante pour pouvoir répondre à ses ambitions: quelque 40 gigawatts (environ 50 parcs) d’ici 2050.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

 Le pétrole recule encore, la Chine dans le viseur

Les prix du pétrole poursuivaient leur recul mercredi, les inquiétudes autour de la situation sanitaire de la Chine s’intensifiant alors que la deuxième économie mondiale est en proie à une importante vague de covid.

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)