Diesel indien : maintien du pic des exportations par la demande européenne

La demande européenne devrait maintenir la vigueur des exportations indiennes de gazole pendant les pluies de mousson

Les exportations de diesel indien devraient connaitre un pic à l’approche des pluies de mousson.

L’arrivée des pluies de mousson devrait ralentir l’activité de construction nationale à un moment où les raffineurs font des profits. Mais la demande croissante européenne va maintenir les Exportations du pays.

En mai les exportations ont enregistré une croissance de 15,2 % par rapport au mois d’avril et devraient encore augmenter. Selon les experts de Platts Analytics cette augmentation est intervenue au cours des cinq premiers mois de cette année. La demande européenne s’accroît chez les pays qui ont boycotté les cargaisons russes.

Avec l’arrivée de la mousson pour trois à quatre mois la demande intérieure va baisser. En effet les activités du secteur de la construction et du camionnage seront ralenties. Lim Jit Yang, conseiller pour les marchés pétroliers d’Asie-Pacifique chez Platts Analytics prédit une « augmentation des exportations de diesel au troisième trimestre. »

Les exportations privilégiées

Selon la Petroleum Planning and Analysis Cell, les exportations indiennes de diesel ont augmenté de 3,8 % en glissement annuel pour atteindre 3,1 millions de tonnes, soit 733 000 b/j en mai. À la même période l’aîné dernière, elles atteignaient 2,95 millions de tonnes.

selon un responsable du ministère du pétrole, les raffineurs privés priorisent les exportations, plus bénéfiques pour eux. Ils transforment du brut russe à un prix attractif. Les raffineurs exportent ensuite les produits raffinés à prix plus élevés, principalement vers l’Europe.

Pour répondre à la demande intérieure comme extérieure, les raffineries indiennes ont dû tourner à plein régime. La dernière enquête du ministère indien du Pétrole a montré une croissance.

Les raffineries publiques ont enregistré un taux de fonctionnement de 113 % en mai, contre 87 % en mai 2021 et 110 % en avril. Les raffineries privées, elles, ont enregistré un taux moyen de 104 % en mai, contre 102 % en mai de l’année dernière et 96 % en avril. Alors que Les raffineurs s’attendaient à une demande de carburant plus élevée pendant la saison estivale.

L’attrait soutenu de la production de gasoil à des fins d’exportation est clair. Toutes les analyses soutiennent que les prix de détail élevés menacent de réduire la demande intérieure.

Articles qui pourraient vous intéresser

favicon-white.png
Pas encore inscrit? Rejoignez la communauté des professionnelles de l’énergie et accédez à l’ensemble de nos contenus. >>>