COP28: une centaine d’élus américains et européens exigent le retrait du président

Des élus du Congrès américain et du Parlement européen exigent le retrait de la nomination d'un patron de l'industrie pétrolière pour la présidence de la COP28 à Dubaï. Malgré sa défense, la nomination du ministre émirati de l'Industrie est vivement critiquée.
COP28 retrait président

Une centaine d’élus du Congrès américain et du Parlement européen ont appelé mardi au retrait de la nomination d’un patron issu de l’industrie pétrolière pour présider la prochaine COP28 à Dubaï.

“Nous vous exhortons à faire pression pour que les Emirats arabes unis renoncent à la nomination de Sultan al-Jaber”, écrivent-ils, faisant part de leur “profonde inquiétude”. La missive est adressée au président américain Joe Biden, à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et au secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

Simon Stiell, secrétaire exécutif de l’ONU Climat, en est également destinataire. La nomination de ce quadragénaire, ministre émirati de l’Industrie et patron du géant pétrolier ADNOC, pour présider la conférence de l’ONU sur le climat prévue fin 2023 avait déjà été vivement critiquée en janvier par une centaine d’ONG.

Dans leur missive, les élus demandent également de limiter “l’influence des industries polluantes” dans ces réunions climatiques, déplorant une proéminence des lobbys. “Nous ne pouvons pas laisser des intérêts particuliers créer davantage d’obstacles dans la course contre le changement climatique”, a plaidé Sheldon Whitehouse, l’un des sénateurs américains les plus engagés sur les questions climatiques, sur Twitter.

A Bruxelles, cette lettre a été signée par 99 députés écologistes, de gauche et de centre-gauche. Interrogé par l’AFP en avril, M. Al-Jaber s’était défendu en rappelant qu’il était aussi le fondateur de Masdar, géant national émirati spécialisé dans les énergies renouvelables et il avait assuré que son pays travaillait à sa transition énergétique depuis “plus de vingt ans”.

Dans cet article :​
Articles qui pourraient vous intéresser ​

Le plus grand fournisseur de gaz en Europe déclare que les contrôles de sécurité des pipelines sont sans problème

Les récentes inspections de sécurité des pipelines offshore en Norvège, effectuées à la suite des explosions survenues sur les pipelines Nord Stream, ont abouti à des résultats rassurants, selon le principal fournisseur de gaz en Europe. Cependant, malgré cette confirmation, les risques demeurent et soulèvent des préoccupations quant à la sécurité de ces infrastructures cruciales.

EDF Renewables Ireland and Simply Blue Group sign partnership deal on Western Star and Emerald floating offshore wind projects in Ireland.

EDF Renewables Ireland et Simply Blue Group unissent leurs forces pour développer des projets éoliens flottants en Irlande, dans le cadre d’une collaboration stratégique visant à atteindre les ambitieux objectifs gouvernementaux en matière d’énergie renouvelable. Ces projets prometteurs ouvrent de nouvelles perspectives pour l’éolien offshore et renforcent la position des deux partenaires sur le marché énergétique irlandais. En combinant leur expertise et leur engagement envers la transition énergétique, ils aspirent à générer une quantité significative d’électricité propre pour répondre aux besoins de millions de foyers irlandais, tout en contribuant à la protection de l’environnement et des communautés côtières.

La France va fournir du combustible nucléaire à la Slovaquie

La Slovaquie cherche à réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie en matière d’approvisionnement en combustible nucléaire. Dans cette optique, l’entreprise française Framatome s’est engagée à fournir du combustible nucléaire similaire à celui fabriqué par la Russie, afin d’alimenter le parc nucléaire slovaque de conception soviétique. Cette initiative s’inscrit dans un contexte international où de nombreux exploitants européens de centrales VVER cherchent à développer une solution énergétique européenne souveraine.