Climeworks lève 600 millions de francs suisses

Climeworks parvient à collecter 600 millions de francs suisses lors de sa dernière levée de fonds.
Climeworks

Climeworks parvient à lever 600 millions de francs suisses pour déployer sa technologie de capture de CO2. Cette levée de fonds s’inscrit dans le contexte de la publication du dernier rapport du GIEC.

Ce dernier met en avant le rôle essentiel de l’élimination du carbone pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Outre des réductions drastiques des émissions, le GIEC prône un déploiement massif des solutions d’élimination du carbone.

Climeworks lève 600 millions de francs suisses

Le 5 avril, Climeworks est parvenu à lever 600 millions de francs suisses, soit 650 millions de dollars, lors d’une levée de fonds. Il s’agit d’une étape importante dans l’histoire de la société, et pour l’industrie de l’élimination de carbone. Christoph Gebald, cofondateur de Climeworks, se réjouit :

« Nous sommes fiers de nous associer à nos nouveaux investisseurs et reconnaissants de la confiance renouvelée de nos investisseurs existants, tous engagés dans le voyage à long terme de Climeworks. Il est passionnant de voir l’appétit et le soutien d’investisseurs de premier plan au niveau mondial pour la mise à l’échelle de notre technologie ; c’est une grande étape pour notre entreprise ainsi que pour l’ensemble du secteur. »

Ce financement est codirigé par Partners Group, qui agit au nom de ses clients, et GIC. À cela s’ajoute de nombreux participants comme Carbon Removal Partners, Global Founders Capital ou encore Swiss Re.

Participer à la transition écologique

Depuis sa fondation en 2009, Climeworks est le pionnier de la technologie de capture directe de l’air. En effet, en septembre 2021, la société a ouvert la plus grande usine de capture et de stockage direct de l’air en Islande. Jan Wurzbacher, second fondateur de l’entreprise, entend vouloir inverser le changement climatique. Il déclare :

« Nous avons fondé Climeworks avec la vision de fournir au monde une technologie qui a le potentiel d’inverser le changement climatique. L’accélération de l’augmentation de la capacité d’élimination du carbone jouera un rôle crucial dans les efforts mondiaux visant à maintenir le réchauffement de la planète en dessous de 1,5°C, ce qui aura un impact positif sur la vie de milliards de personnes. Et c’est ce que nous allons faire dès maintenant. »

La somme récoltée permettra de lancer la prochaine phase de croissance de Climeworks. En effet, elle ambitionne de développer une capacité de capture de l’air de plusieurs millions de tonnes. Pour ce faire, elle souhaite mettre en œuvre des installations à grande échelle.

Articles qui pourraient vous intéresser

TES_EnergyNews

TES lève 65 millions d’euros

TES annonce le succès de sa nouvelle levée de fonds. L'entreprise a récolté 65 millions d'euros, somme qui lui permettra de prendre part à la transition énergétique de l'Europe en déployant l'hydrogène renouvelable.

OQ pourrait Coter des Actifs sur le Marché Local Omanais

OQ envisage des cotations locales pour certains de ses actifs. En revanche, l'entreprise n'a pas l'intention d'introduire la société mère en bourse déclare à Reuters un cadre supérieur du groupe énergétique public.   OQ examine la cotation de ses actifs de services énergétiques OQ suit l'exemple de Saudi Aramco et d'autres producteurs de pétrole du golfe Persique qui envisagent de vendre des participations dans des actifs énergétiques, profitant du rebond des prix du brut pour attirer les investisseurs étrangers. "Nous envisageons de coter certains de nos actifs sur le marché local", déclare Hilal al-Kharusi, directeur général commercial par intérim d'OQ, en marge d'un événement à Dubaï. "Nous examinons pour le moment... certains dans l'aval et d'autres dans l'amont, en particulier sur la partie service". Kharusi envisage également différentes options pour son réseau de gaz : ventes de participations, cotations locales, location d'actifs de pipeline. D'autres actifs sont également à l'étude. La banque d'investissement américaine Lazard recherche ainsi des consultants internationaux pour plancher sur le sujet.   Réponse en 2022? OQ envisagerait donc d'émettre des obligations en 2022. L'entreprise s'alignera ainsi sur les levées de fonds envisagées par le gouvernement omanais. Par ailleurs, l'entreprise prévoit dans son prospectus d'obligation de 2021...

Pacifico

Pacifico Renewables lève €9,8 Millions

Ces placements doivent financer l’expansion du portefeuille de la société.   Pacifico Renewables soutenu par Pelion Green Future Alpha Pelion Green Future Alpha GmbH est actionnaire majoritaire de Pacifico Renewables. Cet actionnaire a soutenu l'augmentation de capital à hauteur de €6 millions. L'inscription de l'augmentation de capital et des nouvelles actions à la Bourse de Düsseldorf est attendue prochainement. Martin Siddiqui, codirecteur général de Pacifico, déclare que cette opération montre la capacité de l'entreprise à lever des capitaux. Cela montre la confiance accordée à la société. Il se dit confiant quant à la croissance continue de l’entreprise. En outre, l'augmentation de capital permet à la société de financer l'acquisition précédemment annoncée de trois parcs éoliens polonais. Pacifico a en effet annoncé l’acquisition d'une capacité totale de 51,8 MW d’énergie éolienne. L'entreprise a ainsi ajouté 100 MW à son portefeuille depuis le début de l’année 2021, en comptant les transactions tout juste signées.

CNOOC

CNOOC veut Lever $5,4 Milliards

CNOOC, la major du pétrole et du gaz chinois, cherche à lever $5,4 milliards par l’émission d’actions sur la bourse de Shanghai. Les fonds serviront à financer des projets pétroliers et gaziers au Guyana et en mer de Chine méridionale, zone en proie à une montée des tensions entre les différents acteurs régionaux.   CNOOC émet des actions pour se financer Les sanctions américaines ont contraint les investisseurs internationaux à quitter le navire ou réduire leurs participations dans la compagnie. Cela pousse l’entreprise à se financer sur le marché des actions : « Nous estimons que l’émission de parts A (actions émises en Renminbi, la devise nationale chinoise, ndlr) est une manière raisonnable pour CNOOC de maintenir sa forte croissance malgré les difficultés de financement étranger à cause des sanctions américaines » déclare un responsable de Daiwa Securities Group. Les capitaux ainsi récoltés seront investis dans plusieurs projets d’envergure : le champ pétrolier de Payara, au Guyana, celui de Liuhua 11-1/4-1, en mer de Chine méridionale, et le champ gazier de Lingshui 17-2, premier champ en eaux profondes dont CNOOC est propriétaire à 100%.