Changement du conseil d’administration au sein d’ExxonMobil

Une  gouvernance défaillante, propagée par une direction sans stratégie pour la transition énergétique, est à l’origine de la quête d’Engine No.1 pour apporter l’indépendance au conseil d’administration d’ExxonMobil.

ExxonMobil a raté sa transition énergétique

 

Une  gouvernance défaillante et une équipe de direction pas à la hauteur ont pratiquement condamné les perspectives de succès d’ExxonMobil dans un avenir à zéro émission de carbone.

Engine No. 1, qui ne détient que 0,02 % des parts d’ExxonMobil, a lancé une course aux procurations en décembre 2020 afin de pousser l’entreprise à réduire son empreinte carbone.
Ce fonds spéculatif a obtenu le soutien des grands investisseurs institutionnels pour battre la direction d’ExxonMobil et installer trois administrateurs au conseil d’administration de la société.

“Aucun membre du conseil d’administration d’ExxonMobil n’avait d’expérience dans le domaine de l’énergie, sans parler d’une expérience réussie de la transition”, a déclaré le fondateur du fonds spéculatif activiste Engine No. 1, Chris James.

 

Renouveau d’ExxonMobil

 

« ExxonMobil a investi dans de nouveaux projets dans le domaine du pétrole et du gaz qui n’auraient pas dû être approuvés et a gaspillé du capital. C’est une entreprise qui a perdu sa licence sociale […]. Elle doit considérer la transition énergétique comme une opportunité de faire partie de la solution plutôt que du problème.” a déclaré M. James

Le 1er décembre, ExxonMobil a accéléré ses plans de réduction des gaz à effet de serre jusqu’en 2030, s’engageant à réduire de 20 à 30 % l’intensité des émissions de l’entreprise, de 40 à 50 % l’intensité des opérations pétrolières et gazières en amont, de 60 à 70 % l’intensité du brûlage à la torche et de 70 à 80 % l’intensité du méthane.
L’entreprise a déclaré que ces objectifs combinés lui permettraient de réduire ses émissions de GES de 20 % d’ici à 2030.

Lier la durabilité à la rentabilité est un thème qui traverse le portefeuille de Engine No. 1, a déclaré James, ce qui explique pourquoi le fonds spéculatif a pris une participation dans General Motors, où le conseil d’administration soutient pleinement les plans de la direction.

“Les constructeurs automobiles japonais ont fait le pari que les véhicules électriques hybrides rechargeables sont l’avenir, et non les véhicules électriques à batterie, et nous pensons que c’est une erreur de la part des constructeurs japonais et une opportunité pour GM et Ford”, a-t-il déclaré.

 

Dès l’Achat d’Engine No.1, les actions d’ExxonMobil ont augmenté d’environ 60 % depuis novembre 2020, contre environ 30 % pour Chevron. Les actionnaires sont donc confiants quant au renouveau d’ExxonMobile.

Articles qui pourraient vous intéresser

favicon-white.png
Pas encore inscrit? Rejoignez la communauté des professionnelles de l’énergie et accédez à l’ensemble de nos contenus. >>>