Capture et stockage du carbone : Les Pays-Bas développe un projet innovant et ambitieux

Capture et stockage du carbone : Les Pays-Bas développe un projet innovant et ambitieux

La capture et le stockage du CO2 est un enjeu important face au réchauffement climatique. En effet, cette pratique permet de limiter les émissions de CO2 dans l’atmosphère, et par conséquent de réduire l’effet de serre. Pour respecter les accords de Paris, les Pays-Bas ont donc décidé de créer un hub de transport et de stockage offshore de CO2 dans le port de Rotterdam : Porthos. En effet, cette région portuaire représentant 16% des émissions totales de CO2 aux Pays-Bas, le projet permettrait de réduire fortement l’impact environnemental du pays selon Uwe Lauber, PDG de MAN Energy Solutions. Celui-ci devrait ouvrir ses portes en 2023

«Le CCUS est une technologie remarquable qui a le potentiel de décarboner les principales industries»

Une capacité de 2,5 millions de tonnes de CO2 par an

Les raffineries, les usines de produits chimiques et d’hydrogène de la région, intéréssés par le projet, pourront capturer le CO2 dans leurs installations. Par la suite le gaz sera transporté par un pipeline collectif sous terre d’une longueur de 32 km sous le port de Rotterdam. La pression de service et la température de la canalisation terrestre atteindront respectivement 40 bar et 15 ° C.

Stockage sur une plate-forme offshore

Le CO2 sera, ensuite, pressurisé à 132 bars puis transporté via un pipeline offshore de 19 km jusqu’à une plate-forme en mer du Nord. La canalisation sera enterrée sous le fond marin à 10 mètre de profondeur et atteindra 80 ° C. Le dioxyde de carbone sera ensuite pompé dans des réservoirs scellés des champs de gaz vides situés à environ 3 km sous terre.

Ces installations auront une capacité de stockage de 37 Mt. Même si ce projet vise les entreprises de Rotterdam dans un premier temps, il devrait s’ouvrir aux industries d’Anvers, de Gand, de Terneuzen et de Vlissingen dans une phase ultérieure. Le gaz pourra aussi être utilisé pour d’autres applications industrielles, telles que l’horticulture en serre, pour favoriser une croissance plus rapide des plantes.

Construction d’une station de 16 ha à Maasvlakte

Celle-ci accueillera trois trains de compresseurs capables de traiter 258 t de CO2 par heure. Ces derniers seront rejoints par d’autres unités dans l’avenir. L’entreprise allemande MAN Energy Solutions qui fournira fournira, notamment, deux trains de compresseurs de type RG 25-4 et un RG 31-4 en 2021 selon Uwe Lauber, PDG de MAN Energy Solutions.

«Nous sommes ravis et fiers de faire partie du projet Porthos et de contribuer à un avenir sobre en carbone pour l’Europe. Cette commande prouve également que nous consolidons constamment notre position de leader technologique en tant que fournisseur de solutions de compression de CO2 à la pointe de la technologie. »

Des compresseurs de CO2 MAN reconnus à l’échelle mondiale

L’entreprise a déjà participé à deux nombreux projets de compression de CO2 dont le projet Dakota Gasification Corporation de 1999 selon Tamer Bayri, Directeur des ventes. Un compresseur a aussi été livré en Alberta au Canada pour participer au projet Quest qui injecte plus d’un million de tonnes de CO2 sous terre chaque année depuis 2015. Différent pays du monde œuvre donc avec cette société allemande pour réduire leur émission de gaz à effet de serre.

«Il existe actuellement 18 installations à grande échelle en exploitation commerciale dans le monde, dont huit utilisent la technologie de compression de CO2 de MAN. Des décennies de fonctionnement et les avantages éprouvés de nos systèmes de compresseurs centrifuges à engrenages intégrés sont devenus une référence importante qui attire l’attention internationale. »

Un site d’une valeur de 500 millions d’euros.

Le projet Porthos CCUS fait l’objet d’un partenariat entre trois entreprises publiques : Energie Beheer Nederland (EBN), Gasunie et l’Autorité du port de Rotterdam. De plus, quatre entreprises ont déjà signé des accords en décembre 2019 pour capturer et transporter le CO2 de leurs raffineries et productions d’hydrogène. ExxonMobil, Shell, Air Liquide et Air Products feront donc partie du projet. Ce nouveau parc éolien aurait une capacité de

L’apport important de l’entreprise Shell

L’entreprise Shell Nederland et la société d’énergie néerlandaise Eneco pourrait participer au projet de manière exponentielle. En effet, elles ont répondu à l’appel d’offre néerlandais pour l’énergie éolienne en mer dans le cadre d’un effort conjoint visant à créer un cluster hydrogène record aux Pays-Bas. Ce projet serait un record en termes de production d’hydrogène. L’électrolyseur de 200 mégawatts produirait jusqu’à 60 000 kilogrammes d’hydrogène par jour. «

Un projet d’intérêt commun » reconnu par l’union européenne en 2020

Après avoir effectué une étude de faisabilité sur le projet Porthos en avril 2018, une études d’ingénierie et de conception a été effectué en 2019. Le projet a reçu une subvention du mécanisme pour l’interconnexion en Europe (CEF) par le Commission en juillet 2019.
L’étude de l’impact environnement du projet actuellement en cours devrait être achevé en septembre 2020. La décision finale d’investissement est attendue en 2021 avec le début de la construction prévu en 2022.

Articles qui pourraient vous intéresser

favicon-white.png
Pas encore inscrit? Rejoignez la communauté des professionnelles de l’énergie et accédez à l’ensemble de nos contenus. >>>