Au Brésil, Lula change la direction de Petrobras

Au Brésil, le Président Lula annonce entamer des entretiens avec des candidats à la direction de la société pétrolière Petrobras.
Petrobras

Au Brésil, le Président Lula annonce entamer des entretiens avec des candidats à la direction de la société pétrolière Petrobras.

Une réforme à venir

Au Brésil Luiz Inacio Lula da Silva écarte l’idée d’une privatisation de Petrobras qui devait s’effectuer l’année prochaine selon Bolsonaro. Toutefois le nouveau président à partir de janvier 2023 se déclare insatisfait de l’organisation actuelle. Ainsi, il prévoit de renouveler les cadres de premier et de second niveaux de Petrobras.

La nouvelle réglementation contraint néanmoins Lula. En effet, celle-ci exige que le prochain directeur général prenne ses fonctions au moins 45 jours après sa nomination. Ce sont donc deux à quatre mois qui pourraient s’écouler avant qu’une nouvelle équipe ne s’installe.

Bolsonaro nommait le PDG actuel, Caio Paes de Andrade. Si son mandat se termine techniquement en avril, il peut toutefois donner sa démission pour le 1er janvier au plus tôt. Cependant, ses proches affirment qu’il ne précise aucune indication quant à sa volonté de le faire.

Différents candidats pressentis

Si le futur Président du Brésil ne discute pas personnellement avec des candidats, il établit une liste restreinte. Cette liste comprend le sénateur Jean Paul Prates, ancien conseiller en matière de politique énergétique, qui apparaît comme le candidat idéal. Cependant, la campagne électorale qu’il menait en 2020 pourrait nuire à sa candidature car non conforme à une nomination au poste de PDG.

L’ancien gouverneur de Bahia, Rui Costa apparaît également sur la liste. De plus, la liste intègre également Magda Chambriard, l’ancienne directrice du régulateur du pétrole et du gaz ANP. En outre, William Nozaki, professeur d’économie pourrait diriger une division non essentielle de Petrobras.

Le Parti des travailleurs insiste sur le fait que la direction doit s’aligner sur les plans de Lula en matière de politique climatique. Ainsi, les entreprises d’État doivent agir en tant que moteurs du développement économique du Brésil. Cela inclura la reprise des investissements dans les énergies renouvelables.

Reprendre les investissements

Ces dernières années, la vente de l’unité de biocarburants et d’autres actifs non pétroliers, servaient à rembourser la dette. De plus, Bolsonaro suspendait les projets d’énergies renouvelables. Ainsi, les investissements se restreignaient presque entièrement à la production de pétrole en mer.

Pour Lula, il s’agit donc de reprendre les investissements dans les énergies renouvelables. La nouvelle approche de Petrobras se rapprochera probablement de la stratégie adoptée par les majors européennes. En effet, BP et Shell réduisent les paris sur le brut pour investir dans une énergie plus propre.

Lula et ses conseillers souhaitent consacrer une plus grande partie des bénéfices aux investissements plutôt qu’aux dividendes. Les chiffres atteints au cours des deux derniers semestres étaient imbattables. En effet, Petrobras versait aux actionnaires plus du double du dividende de tout producteur de pétrole européen ou américain.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)