Après Nord Stream, la Norvège Craint les Sabotages

Après Nord Stream, la Norvège craint les sabotages. Le principal fournisseur de gaz européen renforce la sécurité autour de ses installations pétrogazières.
norvège sabotages_energynews

Après des observations troublantes de drones et le “sabotage” présumé des gazoducs Nord Stream, la Norvège, désormais principal fournisseur de gaz de l’Europe, renforce la sécurité autour de ses installations pétrogazières considérées comme une potentielle cible vulnérable.

Aussi spectaculaires soient-elles, les fuites de gaz, précédées d’explosions, sur Nord Stream 1 et 2 qui relient l’Allemagne et la Russie sous la Baltique n’ont pas d’incidence sur l’approvisionnement de l’Europe: les deux gazoducs n’étaient pas en service du fait de la guerre en Ukraine.

Mais un sabotage –la piste largement privilégiée par les dirigeants européens– de ce type sur les installations norvégiennes aurait des effets catastrophiques pour le continent, qui peine déjà à couvrir ses besoins en énergie à l’approche de l’hiver.

Conséquence de la réduction par Moscou de ses livraisons de gaz en représailles aux sanctions prises par les Européens après l’offensive russe en Ukraine, la Norvège est devenue le principal fournisseur gazier de l’Europe, à laquelle elle est reliée par un vaste réseau de pipelines.

Le pays scandinave produit actuellement à plein régime: selon des prévisions officielles, ses exportations de gaz pourraient atteindre un niveau record de 122 milliards de m3 cette année. À comparer aux quelque 150 milliards de m3 de gaz par an fournis par la Russie à l’Union européenne avant la guerre.

Face à ces enjeux considérables, la police norvégienne a annoncé mercredi la prolongation et le renforcement des mesures de sécurité déjà en place dans le secteur pétrolier pour en réduire la vulnérabilité.

“La situation est prise très au sérieux et plusieurs mesures ont déjà été mises en place pour garantir la meilleure sécurité possible”, a indiqué une responsable de la police, Tone Vangen, sans fournir de précisions par souci de confidentialité.

La veille, le ministre du Pétrole et de l’Energie, Terje Aasland, avait fait une annonce dans le même sens, évoquant “les signalements d’une activité accrue de drones” près de plateformes pétrolières.

Equinor, le géant national de l’énergie, a en effet fait état de vols “de drones non identifiés à proximité de certaines installations”, un phénomène qui n’avait pas été observé jusqu’alors.

“Nous prenons cela très au sérieux et nous le signalons à la police”, a expliqué à l’AFP un porte-parole du groupe, Eskil Eriksen, sans vouloir fournir de détails.

Les gazoducs, maillon faible

En écho aux autorités, les compagnies pétrolières du pays disent avoir accru la vigilance autour de leurs plateformes, bases et installations en mer et sur terre.

S’étendant sur des milliers de kilomètres, parfois à de grandes profondeurs, les gazoducs font figure de maillon faible de la chaîne d’approvisionnement énergétique, vitale pour l’Europe.

“Ils sont vulnérables, ouverts à tous les vents”, estime Tor Ivar Strømmen, chercheur à l’Académie navale royale norvégienne, qui souhaiterait une série de mesures allant d’une inspection des conduites pour s’assurer que des explosifs n’y ont pas été placés au suivi attentif de la navigation maritime dans ces eaux.

Le Premier ministre, Jonas Gahr Støre, a affirmé mercredi à l’agence NTB qu’il n’y avait pas “de menace spécifique contre la Norvège”.

Mais le professeur et directeur de l’Institut norvégien d’études sur les questions de défense, Sven Holtsmark, juge quant à lui “probable” que Moscou, souvent accusé de recourir à l’arme énergétique, tente de saboter des infrastructures norvégiennes.

“Avant, l’idée que la Russie s’en prenne à des installations norvégiennes aurait semblé complètement absurde mais on ne peut plus se permettre d’exclure cette possibilité” pour entamer le soutien que les Européens apportent à l’Ukraine, a-t-il déclaré à l’AFP.

“La caisse à outils (du président russe) Vladimir Poutine se vide et la guerre en Ukraine ne semble pas devoir s’arrêter de sitôt: pour moi, il est donc logique que Poutine décide le sabotage d’installations norvégiennes, d’autant que ce serait difficile de prouver que c’est la Russie qui est derrière”, affirme l’expert.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)