Amazon : la lutte contre les émissions de gaz effet de serre

Amazon a annoncé le 23 juin 2020 dans un communiqué de presse, la création d’un fonds d’engagement pour le climat de 2 milliards de dollars afin d’investir dans les nouvelles technologies et services durables.

 

Des fonds d’investissement pour tendre vers le zéro émission

Ce nouveau fond d’investissement d’Amazon vise à soutenir l’objectif « zéro émission nette de carbone » de l’entreprise. Il a été mentionné en 2019 au travers du projet « The Climate Pledge », représentant un objectif à atteindre en 2040. Ces 2 milliards de dollars seront à destination des entreprises du monde entier, et plus spécialement des startups. Ainsi, ces financements feront avancer les technologies. Elles réduisent les gaz à effet de serre, qu’elles soient dans le domaine de l’alimentation, de l’agriculture ou de la production d’énergie. Le but est que les entreprises bénéficiant de ces fonds s’inscrivent dans la dynamique du « Climate Pledge » et soient également neutres en émission de carbone d’ici 2040.

 

gaz à effet de serre
Jeff Bezos, PDG d’Amazon, annonce la co-fondation de The Climate Pledge en 2019 (source : The Verge)

 

Devenir neutre en carbone

Pour devenir neutres en carbone, ces entreprises ont besoin d’outils afin de réduire, de compenser, ou de capter la pollution. Les 2 milliards de dollars seront alors investis dans des innovations concernant le transport, la logistique, la production …

Dans le communiqué de presse, Jeff Bezos confirme que « Le Climate Pledge Fund cherchera à investir dans les entrepreneurs et les innovateurs visionnaires qui créent des produits et des services pour aider les entreprises à réduire leur impact carbone et à fonctionner plus durablement […] Des entreprises du monde entier seront prises en considération depuis les start-up de pré-produits jusqu’aux entreprises bien établies. Chaque investissement sera jugé sur son potentiel à accélérer le chemin vers le zéro carbone. Ainsi, il aidera à protéger la planète pour les générations futures ».

 

Il s’agit ici d’un engagement important de la part de l’entreprise de Seattle qui a été souvent critiquée pour ses propres émissions de carbones et pour ses collaborations avec de grands pollueurs comme Exxon Mobil.

Cet engagement fait suite à une annonce de Jeff Bezos en début d’année selon laquelle il va consacrer 10 milliards de dollars de sa propre fortune à des projets visant à aller à l’encontre du réchauffement climatique.

 

Une réaction attendue

Toutefois, cette annonce de la firme de Jeff Bezos ne semble pas en adéquation avec le bilan carbone de la firme. L’empreinte carbone totale d’Amazon a augmenté de 15% en 2019 par rapport à 2018 selon le dernier rapport de durabilité.

 

 

Une démarche qui s’inscrit dans la continuité

 

Ce n’est pas la première fois qu’Amazon fait un pas en avant sur la question environnementale. L’entreprise a également annoncé qu’elle fonctionnerait entièrement grâce aux énergies renouvelables d’ici 2025 (reculant de 5 ans l’objectif initial). Ainsi, l’année dernière, Amazon fonctionnait à 42% grâce aux énergies renouvelables.

 

Aussi, afin de faire face aux services de cloud très énergivores, Amazon a annoncé le mois dernier 5 projets en matière d’énergies renouvelables en Chine, en Australie, en Ohio et en Virginie.

 

 

Beaucoup d’efforts, mais un bilan en demi-teinte…

 

Les émissions de carbone ont augmenté plus lentement que le chiffre d’affaire net (la quantité de carbone émise pour chaque dollar dépensé a diminué). En effet, l’augmentation de 15% de l’empreinte carbone d’Amazon en 2019 illustre le défi que doit relever la firme de Jeff Bezos dans son objectif de neutralité. L’entreprise déclare avoir émis 51,17 millions de tonnes de dioxyde de carbone l’année dernière. Ces chiffres correspondent à 13 centrales électriques fonctionnant au charbon durant une année. En 2018 elle en avait émis « que » 44,4 millions de tonnes.

 

Amazon a partagé pour la première fois son empreinte carbone l’année dernière. Les actionnaires faisaient pression sur la firme pour qu’elle s’engage plus profondément dans la lutte contre le réchauffement climatique. Ces revendications ont eu lieu dans le cadre de la grève mondiale pour le climat. En mai dernier, un représentant de l’organisation Amazon Employees for Climate a critiqué la société. Il a considéré cela comme du « racisme environnemental » dans une déclaration publiée lors de la réunion des actionnaires. Depuis, l’entreprise a licencié huit des travailleurs qui l’avaient critiquée.

 

Pour Todd Larsen, co-directeur exécutif de Green America, le fait qu’Amazon n’ait pas précisé que le fonds de 2 milliards de dollars se concentrerait uniquement sur l’énergie propre crée beaucoup d’inconnues. « Il est très difficile de faire confiance à Amazon. Ce n’est pas une entreprise transparente et on ne sait pas clairement ce qu’elle fait. Nous ne savons pas non plus qui va en bénéficier et si ce serait vraiment une approche respectueuse de l’environnement ».

 

gaz à effet de serre

 

Un défi à relever pour Amazon

 

L’augmentation de l’empreinte carbone d’Amazon montre la difficulté pour une multinationale en pleine croissance de réduire sa pollution. L’entreprise dépend d’avions et de camions gourmands en énergie pour expédier ses articles.

 

Aussi, les commandes ont bondi pendant la pandémie de coronavirus à cause du confinement. Pour suivre le rythme Amazon a dû louer 12 Boeing …

 

 

Léa Houël

Articles qui pourraient vous intéresser