2030, le marché du stockage d’énergie explosera.

2030, le marché du stockage d’énergie explosera.

Une étude de l’agence Wood Mackenzie du 30 septembre a prédit une croissance importante du marché de stockage d’énergie sur la prochaine décennie. L’auteur estime le taux de croissance annuel composé (TCAC) à 31 % sur les prochaines années pour atteindre une capacité de stockage de 741 GWh en 2030. 70 % du stockage se fera en amont du compteur, c’est-à-dire avant d’atteindre les bâtiments individuels pour l’utilisation finale.

La capacité installée mondiale quant à elle verrait une croissance annuelle de 3,3 % entre 2020 et 2030. Elle était de 171 GW en 2019 et le groupe Prescient & Strategic Intelligence prévoit qu’elle sera de 241 GW en 2030.

Évolution de la TCAC du marché du stockage d'énergie jusqu'en 2030. Source: Wood Mackenzie

États-Unis et Chine à la tête du marché de stockage

D’après le rapport de Wood Mackenzie, les États-Unis resteront à la tête du marché du stockage d’énergie jusqu’en 2030. Ils auront une capacité de stockage sur leur territoire de 365 GWh en 2030, soit 49 % de la capacité totale mondiale. Ce déploiement est initié par les services publics qui se positionnent pour répondre aux objectifs d’énergie verte dans les différents États.

La Chine se place deuxième sur ce marché avec une part de 21 % de la capacité mondiale en 2030 sur leur territoire, soit 153 GWh. La Chine demande aux entreprises solaires et éoliennes de compenser les coûts de l’intégration de leur électricité sur le réseau ce qui favorise le développement des systèmes de stockage.

La croissance en Europe sera plus lente, et le marché européen restera dominé par la Grande-Bretagne et l’Allemagne. Une croissance est prévue dans le secteur en France et en Italie, puis l’Espagne et le reste de l’Europe suivra avec l’aide de la commission européenne.

Les moteurs de la croissance du marché du stockage

Deux enjeux principaux nourrissent le déploiement rapide et à grande échelle des solutions de stockage d’énergie : l’intégration de l’électricité intermittente renouvelable sur les réseaux électriques et assurer la sécurité énergétique dans les pays en développement.

Faciliter la pénétration des énergies renouvelables sur le marché

Le développement des moyens de stockage de l’énergie est indissociable de la transition énergétique. L’intégration des énergies renouvelables intermittentes nécessite de pouvoir stocker les surplus d’électricité produite par temps de fort ensoleillement ou vent élevé pour pallier le creux de production la nuit ou lorsqu’il n’y a pas de vent. Assurer l’équilibre permanent du réseau de distribution est le défi majeur à relever pour assurer la pénétration des énergies renouvelables dans le mix énergétique mondial.

Pour intégrer l’électricité solaire et éolienne et pouvoir concurrencer les énergies fossiles, il faudra être capable de stocker l’énergie plus longtemps et à plus faible coût que ce qui se fait actuellement.

“Le stockage est la clé d’une forte croissance des énergies renouvelables. La question est de savoir si le stockage peut capter des flux de revenus stables à long terme. Le stockage à faible coût et de plus longue durée peut permettre aux énergies renouvelables intermittentes de dépasser le charbon, le gaz et l’hydroélectricité pompée, permettant des niveaux plus élevés de pénétration de l’énergie solaire et éolienne.” Le Xu, analyste sénior de l’agence Wood Mackenzie

Assurer la stabilité des réseaux en Asie-Pacifique et en Afrique

L’Asie-pacifique restera un des plus grands marchés pour le stockage d’énergie dans les années à venir. Les gouvernements locaux cherchent à assurer la stabilité des réseaux de distribution et éviter les pannes et coupures de courant récurrentes.

De plus, le déploiement de nouvelles infrastructures et l’électrification des zones isolées créent le besoin de systèmes de stockage sur place.

 La relance économique “verte” pour booster le marché

Pendant la pandémie de COVID-19, l’arrêt des activités industrielles et un ralentissement général de production en Chine ont freiné l’approvisionnement des composants des systèmes de stockage à travers le monde. En 2020, le déploiement des solutions de stockage d’énergie a diminué de 17 %, soit 2 GWh de moins qu’en 2019.

Malgré ceci, les parties prenantes et les investisseurs – individuels et grands groupes – continuent à investir dans ce marché. Même si certains investissements sont repoussés, la trajectoire générale menée par le besoin de stocker l’électricité renouvelable n’est pas perturbée. On attend le redressement du marché du stockage d’ici au printemps 2021.

On s’attend également à ce que le marché profite de la relance économique “verte” instaurée par plusieurs nations en réponse à la crise sanitaire. La question actuelle est de savoir si le stockage peut générer de la rentabilité à long terme.

Déploiement important des batteries stationnaires

En 2019, le stockage mécanique est le type de stockage le plus développé à travers le monde. Il permet de restituer des courants de haute puissance en utilisant des ressources naturelles, ce qui le rend économiquement viable.

Cependant une croissance importante est attendue dans la catégorie du stockage électrochimique avec le développement des batteries stationnaires.

Croissance du marché des batteries lithium

Le marché des batteries de stockage a été chiffré à 19 milliards de dollars en 2019. D’après une analyse publiée sur Global Market Insights, la capacité totale installée en 2030 pourrait être de 74 GW en suivant un TCAC de 17,6 % sur la prochaine décennie. Les États-Unis, l’Union Européenne et l’Asie-Pacifique détiennent actuellement 85 % de la capacité mondiale de batteries de stockage stationnaire, et les plus grands acteurs sont BYD, Toshiba Corporation, Tesla et Panasonic Corporation.

Installation de batteries Li-Ion de 7 MWh du groupe Tesla. Source: GreenTech Media

Le TCAC prédit pour les batteries Lithium-Ion est de 20 % entre 2020 et 2030. On prévoit également le développement des batteries LFP (Lithium Fer Phosphate) qui pourraient représenter 30 % du marché des batteries en 2030 contre seulement 10 % en 2015. Ces batteries devanceront les batteries NMC (Nickel Manganèse Cobalt) sur le marché.

Les batteries lithium permettent non seulement de stocker l’électricité mais également de réguler la fréquence pour une meilleure intégration au réseau. De plus, elles permettent un démarrage à froid, c’est-à-dire de restaurer l’alimentation électrique dans un réseau sans utiliser des lignes de transmission externes.

Innovations annoncées par Elon Musk

Elon Musk a annoncé le 23 septembre plusieurs avancées technologiques réalisées par le groupe Tesla, dont certaines sur les batteries. Ils ont réussi à retirer le cobalt, dont l’extraction est très controversée, de leurs batteries. De plus, ils ont retiré le graphite des anodes des batteries lithium qu’ils ont remplacé par un polymère.

Si ces avancées se concrétisent à un niveau commercial ce serait un pas de plus vers le déploiement à grande échelle des batteries de stockage.

Articles qui pourraient vous intéresser

favicon-white.png
Pas encore inscrit? Rejoignez la communauté des professionnelles de l’énergie et accédez à l’ensemble de nos contenus. >>>