Union européenne: Accord sur le stockage du gaz.

Union européenne: Préparation de l'hiver 2022-2023.
gaz naturel

L’Union européenne annonce la conclusion d’un accord provisoire, le 19 mai, relatif à l’introduction d’obligations de stockage du gaz. L’accord entre la Commission européenne, le Conseil et le Parlement prévoit les stockages souterrains de gaz. L’objectif est d’atteindre 80% des capacités, avant l’hiver 2022-2023 et 90% pour les années suivantes.

Des négociations essentielles.

L’Union européenne acceptait, le 19 mai, après deux jours de négociations, d’imposer des objectifs de stockages minimaux de gaz. Cette proposition, soutenue par le Conseil et le Parlement bénéficiait d’un accord politique rapide. En effet, cette décision est essentielle pour assurer la préparation des hivers prochains et révèle une unité européenne.

Le règlement de l’Union européenne vise à garantir les capacités de stockages des pays membres dans un esprit de solidarité. En octobre 2021, la capacité de stockage atteignait 77% et représentait 25% en mars 2022. Toutefois, au 17 mai, les sites de stockages de gaz étaient à 41% et les approvisionnements s’accélèrent.

Des prix records.

Les inquiétudes dans l’Union européenne sur le remplissage des stocks contribuent à accroitre les prix en Europe ces derniers mois. Le 8 mars, le prix du mois à venir TTF atteignait €212/MWh. Le 18 mai, le prix ressortait à €93.10/MWh, en hausse de 257% d’une année sur l’autre.

Des responsables de l’industrie dans l’Union européenne critiquaient le manque de flexibilité de ces règles de stockage. Ces observations signalaient que des objectifs stricts pourraient faire augmenter les prix. En effet, les États membres cherchent à remplir des sites de stockage à des moments spécifiques de l’année.

Un contexte diversifié.

L’Union européenne prévoit une obligation de remplissage limitée à 35% de la consommation annuelle pour éviter des impacts importants. L’Allemagne dispose d’une capacité de stockage utile de 237 TWh, représentant 25% de la demande annuelle du pays. La Belgique dispose d’une capacité de 9 TWh, représentant à peine 5% de la consommation annuelle.

Tous les États membres de l’Union européenne ne disposent pas d’installations de stockages sur leur territoire. Ils pourront avoir accès aux réserves de stockage des autres pays européens. Un mécanisme alternatif de partage des charges pourra être, ainsi, mis en place par les Vingt-Sept.

Des solutions adaptées.

Les pays sans installation de stockage auront accès à une capacité correspondante à 15% de leur consommation annuelle de gaz. L’Union européenne met en place un système de trajectoire de remplissage permettant un suivi continu tout au long de la saison. En 2022, les trajectoires auront une marge de flexibilité de 5% et dés 2023, elles résulteront d’une proposition des États.

L’Union européenne prévoit également une certification obligatoire de tous les systèmes de stockage. La certification sera prioritaire pour les sites ayant des niveaux trop bas, comme Rehden et Haidach, du russe Gazprom. Sans certification, les opérateurs devront renoncer à la propriété des installations, sans pouvoir la fermer.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

France: Iberdrola remporte son premier projet de centrale solaire flottante

Iberdrola a annoncé la réalisation de son premier projet de centrale solaire flottante en France. La centrale sera développée sur le bassin de la gravière de Bischwiller, en Alsace, avec une capacité de production installée de 25 MWc, produisant environ 27 GWh d’électricité verte par an. Ce projet renforce la position d’Iberdrola en France dans la production d’énergie verte, en plus de ses projets éoliens déjà en exploitation.

Italie: se sevrer du gaz russe avec l’aide du plan REPowerEU

L’Italie a déclaré son intention d’utiliser les fonds de l’Union européenne provenant du plan REPowerEU pour se sevrer complètement du gaz russe et devenir un centre énergétique pour l’UE. Doté d’un budget total de 300 milliards d’euros, le plan REPowerEU vise à mettre fin à la dépendance de l’UE vis-à-vis des combustibles fossiles russes et à lutter contre la crise climatique.

La hausse des prix du pétrole face aux séismes et à la reprise chinoise

Le marché pétrolier a réagi à l’accroissement de la demande en Turquie provoquée par des séismes et à la reprise de la demande chinoise. Les prix du Brent et du WTI ont grimpé, respectivement, de 2,30% et 2,46%. Une situation qui permet aux acteurs du secteur pétrolier d’envisager une reprise favorisant le développement durable.

Embargo de l’Union européenne sur les produits pétroliers russes

L’Union européenne prend des mesures draconiennes pour contrer l’occupation russe de l’Ukraine en imposant une interdiction des produits pétroliers raffinés russes, accompagnée de plafonnements de prix. Des sanctions seront appliquées si le niveau du plafond est dépassé.

Perte nette en hausse chez Siemens Energy

Siemens Energy a annoncé mardi que sa perte nette pour le premier trimestre a plus que doublé, atteignant 598 millions d’euros. La perte est attribuée en partie à des problèmes de qualité chez Siemens Gamesa.

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)