Le mix énergétique chinois: vers un avenir zéro carbone

nuc-chinois

Le mix énergétique de la Chine va être bouleversé au profit des énergies renouvelables. En effet, Pékin vient de publier un livre blanc afin de rendre compte des avancées et ambitions du pays en matière d’énergies propres. Cela fait écho à la volonté affichée du gouvernement d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2060.

 

Rompre la dépendance chinoise au charbon et améliorer le mix énergétique

Actuellement, la Chine s’appuie sur le charbon pour répondre à ses besoins énergétiques. Les chiffres montrent qu’en 2019, la consommation de charbon représentait 57,7% de la consommation totale d’énergie du pays.

Pour mener à bien cette transition énergétique drastique, le pays va devoir mettre fin à sa dépendance au charbon. Ce changement de paradigme énergétique soulève de nombreux défis. Entre autres, le charbon demeure extrêmement compétitif en termes de prix et d’efficacité.

 

Les énergies renouvelables, en passe de révolutionner le mix énergétique chinois

Des investissements considérables ces dix dernières années

Dans sa récente publication, Pékin affirme avoir investi 818 milliards de dollars dans la production d’énergies renouvelables depuis 2010. Cela représente 30 % de l’investissement global dans le secteur sur la période. Les investissements sont colossaux, car la Chine devait rattraper son retard en matière d’énergies propres.

Aujourd’hui, la Chine est leader sur les énergies bas-carbones

Bien que le charbon demeure prépondérant dans le mix énergétique chinois, le pays a fait des progrès remarquables. Un quart de sa consommation totale d’énergie provient des énergies propres : gaz naturel, hydroélectricité, énergie nucléaire et éolienne.

À l’heure actuelle, la Chine domine le reste du monde en capacité de production hydroélectrique, éolienne et solaire. Le développement de ces énergies devrait encore s’intensifier afin d’atteindre la neutralité carbone pour 2060.

 

Le nucléaire, secteur énergétique favorisé par la Chine dans son mixte énergétique

La Chine a franchi une nouvelle étape dans sa stratégie de développement des énergies propres, grâce à la fusion nucléaire contrôlée. En effet, le Tokamak HL-2M, son réacteur à fusion nucléaire expérimental, a été mis en service début décembre. Être à la pointe des innovations dans le domaine aidera le pays à tourner le dos définitivement aux énergies fossiles.

Le livre blanc publié ce lundi affirme que la Chine veut conduire « une révolution énergétique ». Elle se heurtera à des résistances, à commencer par sa dépendance au charbon. Face à ces obstacles, l’Empire du Milieu parie sur l’innovation technologique.

Dans cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

L’Indonésie approuve $3,07 milliards pour Tuna

L’Indonésie approuve le premier plan de développement du champ gazier offshore Tuna. Avec un investissement total estimé à 3,07 milliards de dollars jusqu’au début de la production. Le projet devrait affirmer la souveraineté de l’Indonésie en mer méridionale, sujette à de nombreuses tensions avec la Chine.

 Le pétrole recule encore, la Chine dans le viseur

Les prix du pétrole poursuivaient leur recul mercredi, les inquiétudes autour de la situation sanitaire de la Chine s’intensifiant alors que la deuxième économie mondiale est en proie à une importante vague de covid.

Le Japon maintient ses couvertures d’Assurance du Gaz Russe

Suite à l’annonce de l’arrêt de l’assurance de guerre maritime, des réassureurs britanniques accordent au Japon 30 milliards de yens jusqu’en mars. Il s’agit de sécuriser l’importation de carburant du Japon via Sakhalin-2 en Extrême-Orient russe au plus fort de la demande hivernale.

Le Japon adopte des alternatives au gaz russe

Au Japon, les assureurs de navires ont annoncé qu’ils annulaient la couverture des risques de guerre en Russie, en Ukraine et en Biélorussie. L’annonce intervient à la suite du retrait de la région par les réassureurs face à des pertes importantes.

Abonnez-vous gratuitement ou pour 1€/semaine en illimité (sans engagement)